Passer au contenu principal

Le projet d'Écoparc de Saint-Julien-en-Genevois déjà contesté

Fin de l'enquête publique pour cette zone d'activités qui doit accueillir Décathlon et Botanic. Un syndicat agricole et des associations s'opposent à cette création.

Cette nouvelle zone d'activités doit sortir de terre entre le complexe Vitam (notre photo) et le Casino de Saint-Julien-en-Genevois.
Cette nouvelle zone d'activités doit sortir de terre entre le complexe Vitam (notre photo) et le Casino de Saint-Julien-en-Genevois.
Lucien Fortunati

L’Écoparc du Genevois qui doit voir le jour entre le casino de Saint-Julien et Vitam parc devrait notamment accueillir un magasin Décathlon et l'enseigne Botanic, un hôtel, de la restauration ou encore un bâtiment écoconstruction (pompes à chaleur, panneaux photovoltaïques).

L'Écoparc de Saint-Julien-en-Genevois vient de faire l’objet d’une enquête publique menée entre le 15 juillet et le 16 août. Dans un communiqué envoyé vendredi 16 août, la Confédération paysanne de Haute-Savoie réclame l’arrêt du projet, rapporte «Le Messager». Ce syndicat agricole avec le Collectif alimentaire pour un Borly autrement (Caba) et l’association de concertation et de proposition pour l’aménagement et les transports (ACPAT), a envoyé un long argumentaire au commissaire-enquêteur pour expliquer son opposition au projet, précise «Le Messager».

Ces organisations jugent que le projet «doit faire disparaître 25 ha de terres dans un contexte d’artificialisation intense et sans justification», un «énième projet consommateur de foncier dans une zone où les terres agricoles sont toujours plus rares», «fragilisant deux fermes à court terme, détruisant l’habitat d’espèces protégées et menaçant à plus long terme la souveraineté alimentaire de notre territoire tout en participant à la destruction du climat».

Elles contestent aussi l’appellation du projet: «Ajouter le préfixe éco devant tout nouveau projet ne saurait le rendre vertueux s’il détruit la terre, fragilise l’économie agricole et condamne un peu plus l’autonomie alimentaire du territoire», écrit le syndicat agricole.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.