Passer au contenu principal

Nyon ne peut plus éviter une hausse des impôts

Plombée par les péréquations et la RIE III, la Ville doit augmenter son taux d’imposition et faire des économies.

La Municipalité de Nyon, à majorité de droite, est unanime pour réclamer une hausse d'impôt et une refonte de la péréquation cantonale.
La Municipalité de Nyon, à majorité de droite, est unanime pour réclamer une hausse d'impôt et une refonte de la péréquation cantonale.
LDD/Pierre Descombes

En juin, les projections budgétaires lui ont fait froid dans le dos. Avec les pertes attendues par la réforme cantonale de l’imposition des entreprises (RIE III), une baisse des recettes fiscales liées aux personnes morales et un système de péréquation qui pèsera encore plus fortement sur les finances communales avec la suppression du point d’impôt écrêté, la Municipalité de Nyon arrivait à un déficit estimé à 17 millions de francs pour 2019! Elle a donc dû se résoudre à prendre une mesure impopulaire: une hausse du taux d’imposition de quatre points, qui passera ainsi de 61 à 65% et un relèvement de l’impôt foncier de 1,3 à 1,5 pour mille. «Mais nous ne pouvons agir seulement sur les recettes. Cette mesure doit être équilibrée avec des démarches d’économies sur les charges et une priorisation des projets d’investissements», explique Claude Uldry, municipal des Finances.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.