Nyon ne peut plus éviter une hausse des impôts

FinancesPlombée par les péréquations et la RIE III, la Ville doit augmenter son taux d’imposition et faire des économies.

La Municipalité de Nyon, à majorité de droite, est unanime pour réclamer une hausse d'impôt et une refonte de la péréquation cantonale.

La Municipalité de Nyon, à majorité de droite, est unanime pour réclamer une hausse d'impôt et une refonte de la péréquation cantonale. Image: LDD/Pierre Descombes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En juin, les projections budgétaires lui ont fait froid dans le dos. Avec les pertes attendues par la réforme cantonale de l’imposition des entreprises (RIE III), une baisse des recettes fiscales liées aux personnes morales et un système de péréquation qui pèsera encore plus fortement sur les finances communales avec la suppression du point d’impôt écrêté, la Municipalité de Nyon arrivait à un déficit estimé à 17 millions de francs pour 2019! Elle a donc dû se résoudre à prendre une mesure impopulaire: une hausse du taux d’imposition de quatre points, qui passera ainsi de 61 à 65% et un relèvement de l’impôt foncier de 1,3 à 1,5 pour mille. «Mais nous ne pouvons agir seulement sur les recettes. Cette mesure doit être équilibrée avec des démarches d’économies sur les charges et une priorisation des projets d’investissements», explique Claude Uldry, municipal des Finances.

Avec 5,1 millions de francs de recettes supplémentaires, 920'000 francs d’impôt foncier en plus et des économies, l’exécutif espère contenir l’excédent de charges au budget à quelque 10 millions de francs. Si les autorités parlent de «mesures exceptionnelles», c’est qu’elles s’engagent à réévaluer l’impôt à la baisse en cas d’embellie économique ou du versement des compensations fédérales de la RIE III. Pour l’argentier de la Commune, la situation n’est pas catastrophique, mais il faut faire face à deux ou trois années difficiles pour une ville trop souvent qualifiée de riche, alors qu’elle doit payer toujours plus avec moins de recettes.

L’étau se resserre

Daniel Rossellat syndic de Nyon:
«Nos recettes supplémentaires sont absorbées par l’augmentation de la facture des péréquations»

«En moins de dix ans, le total de la facture sociale et de la péréquation a passé pour Nyon de 23,7 à 47,7 millions de francs en 2017, soit une augmentation de 100%! Il ne nous restait qu’un solde d’impôts de 48,8 millions pour le ménage communal. On constate que les recettes fiscales supplémentaires ont été entièrement absorbées par l’augmentation de la facture des péréquations», déplore le syndic Daniel Rossellat. Entre 2012 et 2017, le solde d’impôts disponibles a diminué de 3,56% alors que la population résidente a augmenté de 9,29%. Une situation intenable. Or la Ville ne veut pas supprimer de prestations pour les habitants, ni stopper ses investissements. Ces derniers ont grimpé à 62,6 millions de francs en 2017, avec la rénovation ou construction de nouvelles écoles, dont il faut maintenant amortir les coûts. «Pour la suite, on peut réduire un peu la voilure, mais il faut garder le cap», image le syndic. Concrètement, cela veut dire que les services de la Commune devront réduire leurs charges et que certains projets seront mis au frigo, voire au congélateur.

Roxane Faraut Linares municipale PLR:
«Pour la péréquation, on est sept à dire que ça suffit»

En 2014, le Conseil communal avait refusé une hausse 5 points d’impôt. Le centre droit estimait qu’il fallait au moins deux exercices déficitaires avant d’envisager un relèvement. Aujourd’hui, les municipaux PLR qui lui ont permis de reprendre la majorité à l’Exécutif le plébiscitent. «La situation n’est pas la même qu’il y a quatre ans. Partir avec un budget déficitaire de 17 millions serait irresponsable et prétériterait les générations futures. On n’a pas d’autre choix que d’accepter une hausse temporaire», défend Roxanne Faraut Linares. D’autant plus qu’avec un taux à 65%, Nyon restera attractive par rapport à des villes similaires (Morges 68,5%, Vevey 76%, Yverdon-les-Bains 76,5%). La Municipalité ne cache pas que «face à la machine infernale du Canton», elle était unanime à voter ces mesures et à réclamer une refonte de la structure péréquative. «On est sept à dire que ça suffit!» assène la municipale PLR.

Reste à savoir si le groupe PLR, qui a refusé le budget l’an dernier, votera cette hausse d’impôt et si un référendum viendra couronner la décision du Conseil communal. Les groupes ne se sont pas encore réunis.

Si les socialistes devraient soutenir la hausse, à droite, certains chefs se montrent réalistes. «L’étau des charges cantonales se resserre et il sera difficile de s’y opposer. Mais il faudra voir comment serrer la ceinture et arrêter les projets gadgets sur les places publiques», réagit l’UDC Sacha Soldini. Même discours chez l’indépendant Jacky Colomb: «Il faudra trouver un consensus pour accepter cette hausse, à travers les économies et la priorisation des dépenses.»

Créé: 27.08.2018, 20h18

Articles en relation

Encore 70 logements pour seniors à Nyon

Immobilier Lancé par une caisse de pension, le projet comprendra des studios adaptables aux besoins. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.