Le lac Léman déborde de multiples légendes

HistoirePour se nourrir, l’imaginaire collectif s’est emparé des rives et des profondeurs avec une riche fantaisie.

Les

Les "Vents du Léman" cartographiés dans ce dessin par Pierre-Alain Bertola, un dessin en dépôt au Musée du Léman. Image: P.A. Bertola/Hoirie Bertola Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est aujourd’hui communément admis que le Léman a une origine glacière. Mais d’autres théories, plus poétiques, l’inscrivent dans une histoire culturelle qui dépasse nos frontières. L’eau, substance primordiale, occupe en effet une place particulière dans l’imaginaire mythologique. Et notre lac, avec ses montagnes qui tombent à pic, ses eaux noires et profondes, ses tempêtes qui se déclenchent sans prévenir, a su, et sait toujours, enflammer l’imagination de ses riverains.

Chaque village de pêcheurs a ses légendes, certaines inventées de toutes pièces par quelque auteur connu – de Rabelais à Bernard Clavel – d’autres transmises de génération en génération par des parents souhaitant stimuler les rêves de leurs enfants ou les dissuader de s’approcher de l’eau, car l’eau est dangereuse. On dit ainsi du Léman qu’il est constitué des larmes d’un ange chargé de surveiller les Alpes. Ou des restes du Déluge. On aurait d’ailleurs vu d’autres survivants accoster au Salève à l’insu de Noé et s’amarrer à des anneaux.

Ces derniers auraient été visibles jusqu’au début du XXe siècle. Mais l’histoire la plus connue et la plus amusante veut que ce soit le géant Gargantua, qui, souhaitant se baigner et trouvant le Rhône trop petit, creusa la cuvette qui devint le Léman. Avec les déblais, il édifia le Salève (ça lève) et joua à faire des ricochets. Deux cailloux trop ronds tombèrent dans la rade de Genève, ce sont les pierres du Niton. À propos de ces pierres, une autre légende raconte qu’à cet endroit, le lac descend si bas qu’elles ne touchent pas le fond!

Et d’où lui vient son nom de Léman? L’histoire remonte loin, puisque ce serait une partie de l’armée d’Hercule, de passage pour l’Italie, qui se serait installée sur ses rivages en 1073 après le Déluge, il y a environ quatre mille ans. À la chute de Troie, une cinquantaine d’années plus tard, Lemannus, fils de Pâris, s’empara du lac qu’il nomma à son nom et fonda Genève sur une colline couverte de genévriers. Ainsi, Genève peut-elle se targuer d’avoir une origine non moins prestigieuse que celle de Rome.

Le fond du lac attise aussi la curiosité. Sombre et froid, il fait peur, et, forcément, est habité par un monstre. Si le lac ne connaît pas de créature mythique aussi populaire que Nessie, il lui arrive d’abriter cependant quelques petits monstres non moins effrayants: les silures. Ces gros poissons sont réputés si féroces qu’ils mangeraient parfois les pieds des enfants. Malheureusement pour ces derniers, la chasse au monstre est aujourd’hui plus populaire sur les rives du lac, en témoigne le succès fulgurant de l’application PokemonGo.

Il faut aussi parler des mystérieux hommes-grenouilles que l’on voit souvent émerger sans prévenir des profondeurs à Rivaz ou à Hermance. D’ailleurs que cherchent-ils? Une soixantaine d’épaves au moins reposent au fond du lac, et nombreux sont les chasseurs de trésor qui espèrent y trouver leur Graal: la barque d’un percepteur d’impôts. Ou une cloche, par exemple, comme celle de Ballaison, que les Genevois enlevèrent et perdirent dans le lac, entre Hermance et Genthod.

Une promesse de richesse

Qui dit épaves dit cadavres. Le lac est donc naturellement rempli et entouré de fantômes connus et moins connus, comme celui de l’Impératrice Sissi. Côté français, à Ripaille, un batelier peu scrupuleux qui noya un de ses clients pour le dévaliser fut ainsi transformé en noyer par Satan. Depuis, chaque année durant une heure, son âme remonte des enfers jusqu’au noyer, dont les fruits se transforment en diamants que le Prince des Ténèbres lui-même vient récolter. Il paraît que si un mortel se présente à l’heure dite et vend son âme, il sera l’homme le plus riche de la terre. C’est donc peut-être au Léman que Bill Gates doit sa fortune!

On pourrait encore parler des nombreux vents du lac, libérés des bagages d’Eole par des voleurs peu scrupuleux, de pêches miraculeuses, de vaisseaux fantômes et de sous-marins, mais la place manque ici. Derrière chaque histoire se trouve sans doute une part de vrai, et nous invitons le lecteur à mener l’enquête en consultant les anthologies qui existent ou les anciens de son village. Peut-être y trouvera-t-il le moyen de faire fortune sans sacrifier son âme!

Pendant l’été, les scientifiques du Musée du Léman, à Nyon, nous en racontent quelques facettes (TDG)

Créé: 12.08.2016, 17h05

Articles en relation

Cachez ce corps que le lac ne saurait voir!

L’été, le Léman a toujours tenté ses riverains. Mais la morale s’est mal accommodée du dévoilement des corps des touristes Plus...

Les grandes truites du Léman bientôt de retour sur les étals

Santé L’interdiction de vendre les truites de plus de 54 cm, à cause de leur teneur en micropolluants, devrait être levée en septembre. Plus...

Il touche terre à Genève après 80 km à la nage dans le Léman

Challenge Jaime Caballero a réussi son pari. Il a traversé le lac dans sa longueur sans s’arrêter de nager durant près de 23 heures pour soutenir la recherche sur le diabète. Plus...

Quand Genève et Lausanne mettent le feu au Léman

Série Léman Le lac est passé par tous les noms. Calvin, Napoléon et Dufour s’en sont mêlés. L’affaire n’est pas réglée Plus...

Léman 2030 a enfin trouvé un chef à sa mesure

Infrastructures L’ingénieur responsable du Gothard, Peter Jedelhauser, prendra les rênes du projet lémanique cet automne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...