Immobilier: le franc fort pèse déjà sur le marché

Haute-SavoieLa Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM) des deux Savoie a dressé son bilan 2014. L'incertitude semble dominer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

"Nous avons le sentiment, en ce début d'année, que beaucoup d'acheteurs potentiels sont dans l'attente et que l'incertitude liée aux conséquences d'un franc suisse fort sur l'emploi des frontaliers domine, notamment dans le Genevois haut-savoyard, mais aussi sur le bassin annécien ou encore dans le Chablais". Voilà en quelques mots le sentiment général délivré par les responsables de la FNAIM des Savoie à l'heure de la présentation des statistiques 2014 et des premières tendances 2015 pour le marché de l'immobilier en France voisine.

Si, globalement, les prix à la vente comme la location sont restés stables sur l'ensemble des deux départements savoyards sur douze mois, ces trois secteurs les plus prisés par les travailleurs frontaliers semblent ainsi touchés non seulement par ces interrogations sur la situation à venir des pendulaires, mais aussi par "la prudence de la part des banques", qui ont revu leurs exigences à la hausse, notamment en termes de volume d'apport personnel, pour contracter un prêt. "Même un couple de frontaliers, avec un fort pouvoir d'achat, n'a plus forcément accès au crédit pour acheter, d'autant que les prix, s'ils restent stables, sont tout de même élevés", confirme-t-on au sein de la FNAIM. "Alors oui, avec la quasi-parité franc suisse/euro, le pouvoir d'achat des frontaliers est aujourd'hui élevé. Mais les acteurs du secteur se posent tous la même question: jusqu'à quand et avec quelles conséquences sur l'emploi côté suisse ?"

Autre tendance significative: la baisse sensible du nombre d'achats immobiliers réalisés par les Suisses en France voisine, essentiellement sur le bassin genevois: "Il s'agit peut-être d'une conséquence de la chasse aux fausses résidences secondaires qui a été récemment engagée". "Mais, tout de même, les Suisses continuent à réaliser des investissements locatifs car les prix restent attractifs pour eux".

Créé: 10.03.2015, 16h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.