Un cannibale mange des jeunes femmes au Salève

LittératureDans son premier roman, «L’Ogre du Salève», Olivia Gerig plonge le lecteur dans une enquête haletante au cœur du Grand Genève.

Olivia Gerig, auteur de «L’Ogre du Salève».

Olivia Gerig, auteur de «L’Ogre du Salève».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Des jeunes femmes disparaissent dans les environs du Salève et soudain la cruelle vérité éclate: un ogre rôde dans la région! Ce n’est pas celui des contes de fées que le commissaire Rouiller va devoir affronter, mais un véritable cannibale.» Rassurez-vous, ceci n’est qu’une fiction. Celle de la Genevoise Olivia Gerig. Dans son premier roman, L’ogre du Salève, l’auteure nous livre une enquête haletante sur des faits qui se passent à deux pas de chez nous.

L’histoire se déroule durant la Deuxième Guerre mondiale. Olivia Gerig s’est inspirée du mémoire de master d’une amie pour rester le plus fidèle possible au contexte historique. Au fil du roman, elle relate notamment le cas d’un prêtre qui aidait des résistants français à passer la frontière et rappelle la manière dont les registres de douanes étaient tenus à cette époque: «Il y avait une description physique pour chaque personne qui passait la frontière», précise la romancière.

Les connaisseurs de la région apprécieront. Page après page, on s’aventure au Château des Avenières, dans le petit village de Saint Blaise, au lieu-dit du «Coin» au pied du Salève ou encore au commissariat de Saint-Julien-en-Genevois où certains personnages reçoivent un accueil «plutôt glacial».

«Je suis d’ici, c’était logique pour moi d’écrire une histoire qui se passe dans la région», explique Olivia Gerig. Et le Salève s’avère rapidement être le lieu parfait pour abriter une intrigue. «C’est une montagne un peu mystérieuse, relève l’auteur. Elle n’est pas très accueillante, il y a des grottes, des endroits escarpés, des parties boisées. Mais, paradoxalement, les villages qui l’entourent sont, eux, très accueillants et les gens de la région les connaissent rarement.»

Avant et pendant la rédaction de son premier ouvrage, la jeune femme a passé des heures à arpenter les rues de ces lieux pour «s’imprégner de l’ambiance qui y règne».

Il en ressort un roman particulièrement sombre qui incite le lecteur à s’interroger sur les origines du mal et la perversité de l’homme. «J’ai toujours aimé les récits noirs et les enquêtes, confie la Genevoise. Je suis également passionnée par la criminologie, j’aime essayer de comprendre comment une personne arrive à passer à l’acte. Et le cannibalisme est un des pires actes qu’on peut imaginer dans notre société. Ça montre jusqu’où l’homme est capable d’aller.»

«L’Ogre du Salève» d’Olivia Gerig. Editions Encre Fraîche. Prix: 28 fr.

(TDG)

Créé: 07.04.2015, 19h32

Articles en relation

Don Winslov exporte l'Amérique à Quais du Polar

Littérature Comme d’autres de ses prestigieux collègues, l’auteur new-yorkais s’invite à Lyon à la 11e édition de la grand-messe du roman policier. De quoi passer le genre en revue. Plus...

Mélanie Chappuis et la douceur des ex-amants

Littérature Dans son dernier roman, la Genevoise adopte un point de vue masculin. Plus...

Quand Tatiana de Rosnay raconte Daphné du Maurier

Littérature La romancière Tatiana de Rosnay raconte la vie passionnante de l’auteure de «Rebecca». Plus...

Galilée persécuté par les Jésuites: le polar haletant d’un prof genevois

Littérature François Darracq signe un premier roman réussi qui met en scène le savant florentin qui soutenait que la terre tournait autour du soleil. Plus...

Célia Houdart: «J’ai une dette artistique envers Genève»

Littérature La Française narre dans «Gil» la vie fictive d’un chanteur lyrique dont la mère est internée à Belle-Idée. Entretien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...