Les deux braqueurs de Nyon se sont rendus à la police

Fait diversDeux malfrats ont attaqué un magasin de montres ce mercredi. Ils ont pris deux hommes en otage, avant de se rendre.

Des images de la reddition d'un des braqueurs et son interpellation par la police ont été publiées sur Twitter.

Des images de la reddition d'un des braqueurs et son interpellation par la police ont été publiées sur Twitter. Image: Twitter/@YannBros

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un magasin de montres nyonnais a été victime d'un braquage, ce mercredi en fin de matinée. Vers 11h30, deux hommes parlant français ont pénétré dans l'enseigne située à la rue de la Gare 39. Equipés d'armes de poing, ils ont pris en otage le gérant et un employé. L'un des otages a pu enclencher l'alarme, permettant à la police municipale de Nyon d'intervenir rapidement sur les lieux.

Les premiers agents de Police Nyon Région sont rapidement intervenus en se positionnant devant la bijouterie et tenant à distance le public. La gendarmerie est venue en renfort par la suite avec des agents lourdement armés. Des tireurs se sont positionnés sur des balcons donnant sur la vitrine de la bijouterie. Un périmètre de sécurité a été mis en place. Des dizaines de curieux se sont amassés à l'heure de midi.

Sans échappatoire, les deux malfrats se sont rendus avant l'intervention du DARD (unité d'élite de la police cantonale), arrivée sur place vers 12h20. «La porte s'est ouverte et deux hommes se sont couchés face contre terre. La police leur a sauté dessus avant de les emmener», raconte un commerçant qui a assisté à la scène depuis depuis son magasin situé en face de la bijouterie.

Par mesure de sécurité et ne sachant pas s'il y avait encore un braqueur à l'intérieur, la police est restée prudente. Elle a attendu l'arrivée du DARD avant de pénétrer dans la bijouterie. Au cours de l'opération, l'un des otages a été légèrement blessé.

Sur Facebook, un employé des Brasseurs a diffusé une séquence en direct:

Et sur Twitter:

Le fait divers a attiré de très nombreux curieux, sur une rue de surcroît habituellement très fréquentée à l'approche de la pause de midi.

«C'est comme dans un film», s'excitaient un groupe d'adolescents à la sortie de l'école, smartphones braqués sur la scène, en voyant arriver de nouvelles voitures de police et les hommes en tenue de Robocop du DARD. Comme des dizaines d'autres personnes, ils étaient bloqués par une bande rouge et blanche barrant l'entrée de la rue de la Gare. De nombreuses personnes en quête d'une terrasse pour la pause de midi, étaient déboussolées par l'important dispositif de sécurité qui a bloqué tous les accès à la rue commerçante principale de la ville.

Pas moyen, pour ceux qui faisaient la file au Pomod'oro, échoppe de pâtes à l'emporter, de ressortir du magasin, comme d'autres clients restés coincés dans un commerce. Pas moyen d'aller au Mc'Do chercher un burger. Tout était bouclé. Et les badauds s'accumulaient dans l'espoir, pour beaucoup, de voir de l'action.

Au premier étage du Centre commercial de La Combe, les habitués du restaurant de la Migros étaient aux premières loges. La baie vitrée donnait pile sur le magasin braqué. Sur ordre de la police, un cordon de sécurité bricolé à l'aide de chaises et de tables, a permis de faire reculer d'une quinzaine de mètres la foule agglutinée à la vitre. "En cas d'intervention des forces de l'ordre, il peut y avoir des balles perdues. Les gens ne se rendent pas compte", relevait l'agent de sécurité interne.

Créé: 01.06.2016, 14h01

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.