Des «tueurs» traquent les déchets sauvages

SensibilisationLa Ville de Nyon a produit un film décalé pour toucher le public des réseaux sociaux sur le thème du tri des ordures.

Le film met en scène deux tueurs dans une ambiance qui ressemble à celle de Quentin Tarantino.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une grosse voiture américaine, deux bandits armés portant des masques de cochon et d’âne et un cadavre enroulé dans un tapis. Voilà les ingrédients choisis par la Ville de Nyon pour inciter ses administrés à mieux trier leurs déchets.

Le clip mis en ligne mercredi après-midi montre deux malfrats sortir le tapis, et donc leur victime, du coffre et le déposer dans l’écopoint de la route du Stand, sur un arrière-fond industriel. Puis ils repartent dans un vrombissement de moteur. Le slogan apparaît alors: «Le bon déchet au bon endroit. Pour vos déchets encombrants, pensez à la déchetterie.»

Ce film marque un tournant dans la communication institutionnelle de la Commune. Sa nouvelle campagne pour prévenir les dépôts sauvages d’objets dans les écopoints, dont le film est un vecteur essentiel, est audacieuse et résolument décalée.

Le choix de la Ville a même étonné le réalisateur nyonnais Marc Décosterd. «J’avais proposé trois scénarios dont deux étaient beaucoup plus soft, raconte ce cinéaste habitué des œuvres noires. J'avais de gros doutes que la Commune sélectionne le troisième. Et c’est ce qui est arrivé, à mon grand bonheur.»

La stratégie de la Ville est bien réfléchie. «En matière de prévention, ce genre de films décalés fonctionne très bien. Des expériences l’ont démontré», souligne la municipale Roxane Faraut Linares. L’exemple du croque-mort Anastase est évident. Ce monstre de cynisme était mis en scène par la police de Lausanne dans le cadre d’une campagne contre l’inattention des piétons.

Choisir sa cible

Suivant ce modèle, la Ville de Nyon a opté pour un film court. «L’objectif est de toucher un public différent d’avec notre communication traditionnelle», précise Roxane Faraut Linares. Très clairement, la campagne qui débute vise les réseaux sociaux. Des médias qui se sont aujourd’hui imposés comme des outils indispensables pour la Commune. «Nous ne pouvons pas nous passer de ces canaux, confirme Laure Piaget, déléguée à la communication de la Ville de Nyon. Sur Facebook, nous avons dernièrement relayé une info qui a touché 30'000 internautes. Régulièrement, nos messages touchent en moyenne entre 6000 et 8000 personnes.» Une stratégie concernant les réseaux sociaux est d’ailleurs en cours d’élaboration. Le choix d’un film avec l’engagement d’un cinéaste pour le réaliser ne deviendra toutefois pas la norme à Nyon.

Le court-métrage doit désormais mener sa vie sur les réseaux sociaux. La Ville espère qu’il sera partagé des milliers de fois pour accroître la visibilité de la campagne et ainsi renforcer son impact en orientant les internautes sur un site Internet spécialement conçu pour l’occasion. Le visuel avec les deux tueurs et leur tapis se déclinera aussi sur des affiches et peut-être sur d’autres supports selon la réussite de l’opération.

L’enjeu est aujourd’hui important pour la Commune, qui rencontre des problèmes de tri des déchets. Sa politique de multiplication des écopoints montre ses limites. Sur ces lieux de collecte non surveillés, des dépôts sauvages empoisonnent la vie de la voirie. La qualité du tri laisse aussi à désirer, en ce qui concerne le PET et les déchets organiques.

Il y a un mois, la municipale Roxane Faraut Linares tirait la sonnette d’alarme et annonçait des mesures. «La plupart des Nyonnais ont fait des efforts importants depuis l’introduction de la taxe au sac», souligne l’élue, qui se refuse à accabler ses administrés. Le film entre dans cette même logique: sensibiliser sans accuser.

nyonvillepropre.ch (TDG)

Créé: 01.06.2017, 21h23

Articles en relation

A Nyon, la taxe au sac et ses effets renforcent la gabegie à la déchetterie

Tri des déchets La déchetterie nyonnaise est sous-dimensionnée. Elle souffre des nouvelles mesures entrées en vigueur le 1er janvier 2013. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse-UE: Toujours pas d'accord-cadre
Plus...