Passer au contenu principal

Le Grand Genève s'offre un frisson nocturne

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 45 communes genevoises ont tiré la prise et se sont retrouvées plongées dans le noir.

Même si l'obscurité n'était pas totale et que les étoiles ont joué à cache-cache avec les nuages, le public n'a pas boudé son plaisir pour admirer le ciel.
Même si l'obscurité n'était pas totale et que les étoiles ont joué à cache-cache avec les nuages, le public n'a pas boudé son plaisir pour admirer le ciel.
Keystone

L'agglomération genevoise a été plongée dans le noir dans la nuit de jeudi à vendredi pour sensibiliser la population aux méfaits de la pollution nocturne. Au total 45 communes genevoises, 25 vaudoises et 79 françaises ont adhéré à cette initiative inédite en Europe.

Place Neuve, 20h30, l'obscurité rend la marche hésitante. Des piétons utilisent leurs téléphones portables pour traverser. La plupart des automobilistes ralentissent. Dans les transports publics, la centrale rappelle aux conducteurs cet événement particulier qui impose une intense concentration.

Une obscurité pas totale

Si les collectivités publiques ont joué le jeu en renonçant à allumer leurs éclairages publics, il n'en va pas de même pour les commerçants. Dans les rues basses, les vitrines et les enseignes sont allumés pour attirer les clients. La lumière est tellement forte qu'on ne remarque même pas que les lampadaires sont éteints. Les grandes chaînes de restaurants ne sont pas en reste.

Même si l'obscurité n'était pas totale et que les étoiles ont joué à cache-cache avec les nuages, le public n'a pas boudé son plaisir pour admirer le ciel. Des dizaines de personnes sont ainsi venues sur la Plaine de Plainpalais écouter les explications des astronomes de l'Observatoire de la Faculté des sciences de l'UNIGE.

Des stars

Jupiter, Saturne et Arcturus, une géante rouge en fin de vie, étaient les stars de la soirée. Les questions ont fusé, notamment sur les recherches en cours pour trouver de la vie ailleurs dans l'univers. Les plus chanceux ont aussi pu apercevoir la queue de la Grande Ourse. Des observations du ciel étaient organisées depuis une trentaine de sites.

L'initiative «La nuit est belle!» a été lancée par le Grand Genève en partenariat avec le Musée d'histoire naturelle de Genève, la Société d'astronomie de Genève et la Maison du Salève à Présilly (F). Pour Pascal Moeschler, conservateur au Muséum, ce projet permet à chacun de trouver un espace de réflexion sur ce qui constitue un paysage nocturne.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.