La montre la plus chère de l'histoire des enchères vendue à Genève

HorlogerieLa Supercomplication Henry Graves de Patek Philippe, estimée à 15 millions de francs, est partie pour 23,2 millions de francs (commission comprise). Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une âpre bataille et un record explosé. La Supercomplication Henry Graves de Patek Philippe, mise aux enchères par Sotheby's à Genève, est partie mardi soir au prix de 23,2 millions de francs (commission comprise). Elle conserve ainsi son titre de montre la plus chère de l'histoire des enchères, acquis une première fois à New York en 1999, lors d'une vente où elle avait atteint les 11 millions de dollars (17 millions de francs à l'époque).

Dans un salon de l'hôtel Beau Rivage, deux acheteurs se sont livrés un rude combat, peu après 18h30, moment où le commissaire-priseur annonçait la mise en vente de la star de la soirée. Les enchères avaient alors commencé depuis une trentaine de minutes et avaient vu, entre autres, le lot 332 – une Audemars Piguet de 1921 en or blanc estimée entre 80'000 et 120'000 francs – partir pour 165'000 francs. Mais la «Henry Graves» jouait dans une toute autre division.

De 9 à 13 millions en un instant

Prix de départ: neuf millions de francs. «Dix, onze, douze, treize», il n'aura fallu que quelques secondes pour que la montre prenne quatre millions. Il est 18h35, la salle est pleine, une centaine de personnes sont assises, une trentaine debout au fond. D'autres ne peuvent pas entrer. Le commissaire-priseur marque une première pause de courte durée.

13,5, 14, 14,5, 15 millions. La vente repart. De 500'000 en 500'000 francs, la valeur estimée par Sotheby's de la «Henry Graves» est rapidement atteinte. A partir de 17 millions la cadence ralentit. On progresse de 250'000 en 250'000 francs. 18,25 millions, le commissaire-priseur se fend d’un trait d’humour: «Vous pouvez tous participer». Rire général, la tension retombe l'espace de quelques secondes. «Vous n'aurez peut-être jamais une autre chance», poursuit le maître de cérémonie. Le moment choisi par un acheteur pour entrer dans la bataille : «19 millions!». La salle applaudit, ce n'est pas fini.

Un face à face final

La lutte à deux débute alors. Elle durera plusieurs minutes. La somme est mirobolante, mais le nouveau challenger semble s'amuser. «He's playing», «il joue», murmurent les autres acheteurs, désormais spectateurs. «No more!», «c'est fini», leur répond le principal intéressé, avant de surenchérir dans la foulée. En face, son opposant ne laisse rien transparaître. Une oreillette a l'appui, il est concentré: «20,6 millions». «20,7 millions?» questionne le commissaire-priseur. La somme ne viendra pas. Il est 18h45 et son marteau s'abat. Le perdant se lève et rejoint le vainqueur, qui restera anonyme, quelques rangées derrière. L'accolade est franche.

S'ensuit un peu de confusion, des applaudissements et un exode de participants vers le lobby. La vente est pourtant loin d'être finie. Mais ils étaient venus pour le record, ils peuvent maintenant repartir. (TDG)

Créé: 11.11.2014, 19h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...