Genève va se partager des vélos-cargos

TransportLe système carvelo2go est inauguré avec quinze engins mis à la disposition des Genevois et Carougeois.

Âgée de 4 ans, Emma a fait partie des premiers Genevois à tester le confort de la flotte de vélos-cargos loués par carvelo2go.

Âgée de 4 ans, Emma a fait partie des premiers Genevois à tester le confort de la flotte de vélos-cargos loués par carvelo2go. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si vous voulez trimballer vos petits jumeaux en ville ou acheminer un colis pesant, la voiture n’est plus la seule solution. Les Genevois peuvent désormais louer à l’heure des vélos-cargos électriques. Ces engins, qu’on croise toujours plus souvent en ville, ressemblent au fruit improbable des amours d’un vélo et d’une brouette. Sur cette bicyclette, entre le guidon et la roue avant, trône une grosse caisse, de quoi charrier une centaine de kilos ou installer sur un coussin rouge deux bambins sécurisés par des harnais.

Le système de partage carvelo2go a été lancé mardi à Genève en présence des sponsors et partenaires du projet, notamment le TCS, La Poste ou les autorités communales genevoises et carougeoises. En place à Berne depuis 2015, le concept a été créé par l’académie de la mobilité du TCS et soutenu par Migros. Aujourd’hui, avec l’aide de sponsors et des pouvoirs publics, il propose à la location 230 vélos-cargos dans une quarantaine de communes. Une quinzaine s’offre dès à présent aux Genevois et cinq autres rejoindront cette flotte sous peu.

Des hôtes locaux, la clé du succès

La remise de l’engin, de ses clés et de ses batteries est assurée par des hôtes. «Cette collaboration avec des entreprises locales nous a fait connaître rapidement le succès, sans avoir jamais dû faire beaucoup de publicité, assure Jonas Schmid, chef de projet. Dans les grandes villes, par beau temps, tous les vélos-cargos sont en général réservés. Les ménages sans voiture, qui forment la moitié de la population urbaine, constituent le public cible.»

À Genève, quatre offices de poste participent au système. «Pour nos clients, c’est une nouvelle possibilité d’aller chercher dans une filiale un colis volumineux», se félicite Claude Pedrazzoli, chef de secteur chez le géant jaune. La maintenance des véhicules sera assurée par l’association Genèveroule (qui en offrira en location dans deux de ses arcades) ainsi que par le magasin Bikes2fold, aux Grottes. D’autres adresses incluent des cafés et commerces ou encore la Maison de quartier de Carouge, à la Tambourine.

Le financement du dispositif table sur des appuis privés et publics, les revenus de la location ne finançant qu’un tiers du fonctionnement. Le TCS fait partie des sponsors. «Ce très beau projet de mobilité douce réunit des acteurs qui ont parfois de la peine à s’entendre et constitue une démonstration de pragmatisme de la part du TCS», estime Henri-Pierre Galletti, directeur de la section genevoise du club.

Des solutions faciles pour changer

«Face aux énormes enjeux climatiques, passer de la parole aux actes nécessite de modifier nos habitudes, ce qui est toujours compliqué, et donc de développer des solutions faciles pour nous aider à changer nos comportements», croit Sandrine Salerno, magistrate en Ville de Genève. Maire de Carouge, Nicolas Walder renchérit: «Le vélo n’est pas qu’un loisir du dimanche, il peut devenir le moyen de déplacement principal d’une partie de la population, juge-t-il. Ce projet répond aux critiques de ceux qui estiment que la mobilité douce ne correspondrait pas aux besoins des familles.»

À l’usage, le volumineux vélo-cargo constitue de premier abord une surprise pour un habitué de la bicyclette. Mais on s’y habitue plutôt vite. Un conseil pour apprivoiser l’engin: regarder sa direction au loin plutôt que fixer du regard la roue avant, au risque d’être déstabilisé! (TDG)

Créé: 11.09.2018, 17h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...