Des sourds viennent témoigner d'abus sexuels subis dans un institut catholique

Genève internationaleL'association argentine Xumek et des victimes des prêtes et de nonnes de l'Institut Próvolo dénoncent la passivité de Rome

L'ONG et les victimes malentendantes de l'Institut Próvolo d'Argentine accuse le Saint-Siège et le pape d'avoir fermé les yeux.

L'ONG et les victimes malentendantes de l'Institut Próvolo d'Argentine accuse le Saint-Siège et le pape d'avoir fermé les yeux. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un groupe de sourds ayant subi des abus sexuels de la part de prêtres, religieuses et du personnel administratif de l'Institut spécialisé Próvolo d'Argentine pendant près de dix ans, viendra témoigner le 19 février à Genève de l'inaction et des protections du Saint-Siège et du pape François alors que la hiérarchie cléricale aurait pu intervenir, selon eux, pour faire cesser ces délits sexuels.

Xumek, l'association pour la promotion et la protection des droits de l'homme en Argentine, les avocats des plaignants, Sergio Salinas et Lucas Lecour, vont rencontrer à Genève plusieurs organisations des Nations-Unis et ils s'exprimeront à la Pastorale mercredi 19 février, à 10h. Cette délégation se rendra aussi à Rome dans la semaine.

Ces visites destinées à dénoncer ces abus ont été rendus possibles par l'ONG Ending Clergy Abuse : Global Justice Project - ECA, un réseau international de victimes et d'activistes des droits de l'homme qui luttent pour mettre fin aux abus du clergé dans le monde.

Deux prêtres condamnés à 40 ans de prison

À Genève, les survivants et leurs avocats spécialisés dans les droits de l'homme présenteront des preuves et des témoignages selon lesquels le Saint-Siège, y compris le pape François, de nationalité argentine, aurait pu agir pour empêcher les violences sexuelles et physiques généralisées perpétrées sur les enfants sourds et muets.

En novembre dernier, deux prêtres de cet institut spécialisé ont été condamnés à plus de 40 ans de prison pour avoir violé durant des années des enfants sourds et muets dans cet institut. Au cours de ce procès, qui s'est ouvert début août à Mendoza, dans l'ouest argentin et s'est tenu à huis clos, 43 dossiers ont été examinés et 13 victimes entendues, dont certaines ont été violées entre l'âge de 4 ans et celui de 17 ans. Pour la justice, 25 dossiers sont considérés comme des cas d'abus sexuels.

Créé: 10.02.2020, 15h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...