Passer au contenu principal

Une ONG genevoise combat les taxes de Trump

Discrète, OriGIn, basée à Genève, réunit neuf mille produits à indication géographique. Ses adhérents se mobilisent pour réagir à l'attaque commerciale américaine.

Les fromages français et italiens sont visés par les nouvelles taxes que Donald Trump veut imposer à l'Union européenne.
Les fromages français et italiens sont visés par les nouvelles taxes que Donald Trump veut imposer à l'Union européenne.
PATRICK MARTIN

Les Etats-Unis ont imposé vendredi pour 7,5 milliards de dollars de droits de douane supplémentaires sur tout un éventail de marchandises en provenance des pays de l'UE. Ils concernent notamment les avions Airbus, mais aussi les vins ou les fromages français et italiens ou encore les whiskies écossais. Cette nouvelle offensive du président américain Donald Trump survient alors que Washington s'enlise dans une guerre commerciale majeure avec la Chine, qui risque de déstabiliser l'économie mondiale.

Donald Trump s'en est encore une fois pris aux Européens, qui se comportent selon lui de façon injuste en érigeant des «barrières énormes» contre les importations américaines dans l'UE. Il n'a toutefois pas fermé la porte à un accord entre les deux parties qui permettrait de mettre un terme au conflit.Ces nouvelles taxes surviennent quatre jours après le feu vert définitif de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Washington d'imposer des sanctions contre l'UE, en représailles aux subventions accordées à l'avionneur européen Airbus.

«Ils n'ont pas trop touché les gros contingents industriels, les grandes marques, ils s'attaquent aux produits à appellation géographique, soit le symbole de l'Europe, c'est une guerre», explique Claude Vermont-Desroches, président de l'ONG OriGIn à l'AFP. Basée à Genève, OriGIn réunit quelque 9000 produits à indication géographique, majoritairement européens. Pour Claude Vermont-Desroches, qui a longtemps dirigé l'AOP du Comté, «les Américains veulent écraser une exception européenne». «Je reviens de Bruxelles où j'ai vu une lettre des producteurs laitiers américains adressée au président Trump dans laquelle ils disent leur haine du système européen, qu'ils jugent protectionniste»", assure-t-il encore à l'AFP.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.