Passer au contenu principal

L'OMS s'attaque aux serpents venimeux

L'Organisation mondiale de la Santé veut réduire de moitié la mortalité par venin d'ici 2030. Les serpents tuent plus que n'importe quelle maladie tropicale.

Une vipère ammodyte, appelée aussi vipère cornue. Son venin est très dangereux pour l'être humain.
Une vipère ammodyte, appelée aussi vipère cornue. Son venin est très dangereux pour l'être humain.
SÉBASTIEN FÉVAL

Chaque année, on estime que 5,4 millions de personnes sont mordues par des serpents, dont 2,7 millions sont envenimées, ce qui provoque la mort de plus de 100 000 personnes ainsi que la défiguration et l’invalidité de 400 000 autres. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en assemblée générale cette semaine à Genève a décidé de s'attaquer à ce fléau. Car les ravages causés par les morsures de serpent touchent principalement les personnes pauvres vivant en milieu rural, notamment les travailleurs migrants, les agriculteurs et les personnes déplacées fuyant les conflits ou la violence, et tue plus de personnes que toute autre maladie figurant sur la liste des maladies tropicales négligées de l’OMS.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.