Passer au contenu principal

L'ex-premier ministre français Jean-Pierre Raffarin choisit Genève

La quatrième université itinérante de l'ONG «Leaders pour la Paix», créé par l'ancien sénateur français, se déroule au WEF de Genève, ce jeudi.

Jean-Pierre Raffarin oeuvre désormais à la prévention des conflits armés avec son ONG, «Leaders pour la Paix».
Jean-Pierre Raffarin oeuvre désormais à la prévention des conflits armés avec son ONG, «Leaders pour la Paix».
Florian Cella

L'ex-premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, accompagné de plusieurs leaders membres du bureau de l’organisation non gouvernementale «Leaders pour la paix», sera à Genève le jeudi 3 Octobre pour la quatrième édition de son université itinérante de la Paix.

Après trois étapes réalisées à Abidjan, Paris puis Tunis, «Leaders Pour la Paix» organisera un « Peace Lab » sur le thème «L’investissement et la Paix» au World Economic Forum, route de la Capite à Cologny. Animé par le think-tank Suisse Foraus, le Peace Lab s’organisera en six ateliers de six intervenants chacun : des membres de l'ONG, des acteurs économiques, des think-tanks, des universitaires, des acteurs de la société civile, des experts, des représentants d’organisations internationales, etc. Les participants disposeront de deux heures pour développer une réflexion et des propositions sur les thèmes identifiés.

Seront notamment présents à Genève Assia Ben Salah, Ambassadrice itinérante auprès du Roi du Maroc, Ouided Bouchamaoui, Prix Nobel de la Paix 2015, membre du conseil consultatif pour l’égalité femmes-hommes du G7, Anna-Maria Corazza Bildt, Coordinatrice au Parlement européen pour les droits de l’enfant, Elisabeth Decrey, présidente honoraire de l’Appel de Genève chercheuse associée au Centre de Politique de Sécurité et Cherif Rahmani, Ambassadeur des déserts et de terres arides (Convention des Nations-Unies pour la Lutte contre la Désertification), président de la Fondation des Déserts du Monde, ancien ministre de l’industrie de la République démocratique et populaire d’Algérie

La synthèse de ce travail collectif sera ensuite publiée sous forme de livret. Ces conclusions feront partie du Rapport 2020 des «Leaders pour la Paix», qui sera présenté aux différents chefs d'États et personnalités rencontrées dans le cadre de rendez-vous internationaux.

En 2017, le sénateur Raffarin avait annoncé qu'il renonçait à finir son mandat électif pour créer cette ONG sur les risques de conflits armés.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.