La Ville de Genève part en guerre contre la future autoroute du Chablais

France voisineLa Municipalité a mandaté le cabinet d'avocats de l'ancienne ministre française de l'Environnement Corinne Lepage pour défendre ses intérêts. Elle estime que le tronçon autoroutier menace le Léman Express.

Le dossier sera porté par le conseiller administratif Rémy Pagani (à gauche sur l'image).

Le dossier sera porté par le conseiller administratif Rémy Pagani (à gauche sur l'image). Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil administratif de la Ville de Genève ne veut pas entendre parler du projet autoroutier qui doit relier la commune frontalière de Machilly à Thonon-Les-Bains en Haute-Savoie. L'Exécutif a décidé, a appris la «Tribune de Genève», de mandater le cabinet d'avocats Huglo-Lepage (dont l'un des membres fondateurs n'est autre que l'ancienne ministre française de l'Environnement Corinne Lepage) pour s'opposer à cette future liaison autoroutière.

Pour rappel, ce projet vient d'être déclaré d'utilité publique le 24 décembre dernier par un décret du premier ministre français Edouard Philippe. Ce tronçon de 16,5 km devrait permettre de désenclaver le Chablais français, aujourd'hui peu doté en infrastructures de transports.

À peine décrété, déjà contesté. Pourquoi? Selon Philippe d'Espine, chargé de l’information du Conseil administratif, le collège juge que cette nouvelle infrastructure serait en «concurrence» avec le Léman Express. «C'est une décision du Conseil administratif, à l'exception du magistrat démocrate-chrétien Guillaume Barazzone, précise-t-il en rappelant que l'Exécutif (tout du moins, une majorité) a délégué ce dossier à Rémy Pagani pour le suivre.»

«Nous ferions mieux de nous occuper de problématiques locales», Guillaume Barazzone

Contacté, Guillaume Barazzone motive son opposition à la démarche de ses collègues. «Ce n'est pas à la Ville de Genève de s'immiscer dans des dossiers qui dépassent ses compétences. Ce projet devrait être discuté entre la Confédération et la France, à la limite entre le canton et ses homologues français. Nous ferions mieux de nous occuper de problématiques locales», avance le conseiller administratif.


Pour mieux comprendre ce projet: «L’autoroute vers Thonon brave les réticences suisses»

Si de nombreux élus locaux ainsi que le président du département de la Haute-Savoie Christian Monteil soutiennent ce projet, d'autres s'en inquiètent. Des associations ont fait entendre leurs voix contre cette nouvelle infrastructure, critiquant le «tout autoroute» et les nuisances, selon des propos rapportés par la radio France Bleu. Il y a deux semaines, l'association «Inspire» en Haute-Savoie dénonçait «un cadeau climaticide», au moment même où «le Léman Express venait d'ouvrir la voie à la mobilité durable et à un autre avenir en Haute-Savoie».

Créé: 07.01.2020, 16h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...