Passer au contenu principal

Le propriétaire du Hilton d'Évian inculpé de complicité dans l'assassinat d'une journaliste

Yorgen Fenech, copropriétaire du groupe Tumas, a accusé le chef de cabinet du premier ministre maltais d'être le commanditaire de l'assassinat de la journaliste maltaise Daphné Caruana Galizia.

La population maltaise manifeste pour que la vérité et la justice soient faites sur la mort de la journaliste qui enquêtait sur la corruption au plus haut niveau de l'État.
La population maltaise manifeste pour que la vérité et la justice soient faites sur la mort de la journaliste qui enquêtait sur la corruption au plus haut niveau de l'État.
MATTHEW MIRABELLI/AFP

Propriétaire de l'hôtel Hilton à Évian en Haute-Savoie, Yorgen Fenech, l'entrepreneur inculpé pour complicité dans l'assassinat en 2017 de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia, a déclaré jeudi à un juge maltais avoir été tenu au courant de tous les détails de l'enquête par Keith Schembri, le chef de cabinet du premier ministre. Yorgen Fenech, 38 ans, copropriétaire du groupe familial Tumas (hôtellerie, casinos, automobile, énergie) avait déjà désigné Keith Schembri, ami personnel du premier ministre Joseph Muscat, comme le vrai commanditaire du meurtre de la journaliste en 2017, lors d'un interrogatoire policier la semaine passée. Inculpé dans le meurtre depuis samedi, il a affirmé que l'ami du premier ministre lui avait même transmis des notes détaillées sur ce qu'il fallait dire à la police au sujet de la journaliste, tuée dans l'explosion de sa voiture. «Je le connais depuis que je suis petit et nous nous parlions environ deux fois par semaine, a-t-il dit à la justice maltaise. Il me tenait continuellement informé des détails de l'enquête en temps réel.»

L'homme d'affaires avait ainsi été informé des arrestations peu après les faits de Vincent Muscat et des frères Alfred et George Degiorgio, accusés d'avoir organisé et perpétré l'assassinat de la journaliste, qui enquêtait sur la corruption à Malte. Mercredi, sept parlementaires européens, dépêchés en mission à Malte, se sont déclarés« inquiets pour l'intégrité de l'enquête», et ont jugé préférable la démission rapide du premier ministre Joseph Muscat, soupçonné d'interférences et de vouloir protéger notamment Keith Schembri. Joseph Muscat, chef de gouvernement travailliste au pouvoir depuis 2013, a annoncé dimanche dans un message diffusé par la télévision nationale qu'il allait démissionner d'ici au 12 janvier, mais devrait a priori rester en poste jusque-là.

Ses détracteurs l'ont accusé d'avoir obligé le gouvernement à rejeter la semaine dernière une mesure de grâce pour Fenech, qui promettait en échange de dire tout ce qu'il sait. L'homme d'affaires s'est finalement révélé prolixe jeudi auprès du juge. Cependant, un intermédiaire, Melvin Theuma, un chauffeur de taxi et usurier qui a pu obtenir l'immunité en échange de ses révélations, a confirmé mercredi devant la justice que Fenech était bien l'un des ou le commanditaire du meurtre. «Allez-y, je veux tuer Daphne», lui aurait dit l'entrepreneur, a assuré Theuma.

Quant à Schembri, il est ressorti libre la semaine passée après des auditions policières, déclenchant la colère de la famille Caruana Galizia selon qui «au moins deux témoins et de multiples indices impliquent Schembri dans l'assassinat». Lors de sa mise en cause, M. Schembri avait démissionné en même temps que deux ministres, dont les noms étaient apparus dans les enquêtes menées par Daphne Caruana Galizia lorsqu'elle avait creusé la partie maltaise des Panama Papers.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.