«Linky», le gypaète barbu né en avril dernier, a pris son envol... et fait déjà de la pub !

Haute-SavoieC'est le premier grand rapace en France à avoir été bagué au nid pour "participer" à des études scientifiques. Son parrain est ravi.

Un gypaète barbu. Photo d'illustration

Un gypaète barbu. Photo d'illustration Image: Gilles Simond

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les parents, « Haute-Savoie Mont-Blanc » et « Véronika », viennent d'assister, émus, dans la réserve naturelle de Sixt-Fer-à-Cheval, la plus grande de Haute-Savoie, au premier vol de « Linky », un beau bébé de 4 à 6 kg et d'une envergure d'environ 2,80 mètres. Ce gypaète barbu est le premier oiseau en France, grand rapace, né en liberté, à avoir été bagué au nid. Seuls l’étaient, jusqu’à ce jour, les oiseaux nés en captivité et réintroduits. En plus du baguage, des plumes ont été prélevées pour un suivi génétique du jeune volatile. Comme les autres gypaètes, « Linky » fait l’objet d’un suivi scientifique destiné à approfondir la connaissance de la vie et des mœurs de ce grand rapace. « Linky» tient son nom de son parrain officiel : ERDF (Electricité Réseau Distribution France). L'industriel est en effet partenaire du programme de réintroduction du ''casseur d’os'', surnom du gypaète barbu car il se nourrit principalement d'os, qu'il laisse tomber sur les rochers, afin qu'ils se brisent et qu'il puisse se nourrir de la moelle. Le distributeur français d'électricité mène de nombreuses opérations préventives pour limiter les risques de collisions du rapace avec les lignes électriques aériennes. Outre la pause de matériel de protection de l’avifaune, ERDF a ainsi d’ores et déjà réalisé l’enfouissement de plus de 60 % de ses 15 000 km de lignes électriques.

Opération com'

Les premiers battements d'ailes de « Linky » sont donc un bon coup de pub pour l'industriel électrique qui tente aujourd'hui de développer l'installation de son compteur intelligent, dénommé « Linky » justement, censé permettre aux usagers de mieux maîtriser leur consommation d'électricité. Un déploiement dont le coût est aujourd'hui estimé à 5 milliards d'euros, 35 millions de compteurs devant être remplacés d'ici 2020. Un plan confirmé par Jean-Marc Ayraut, Premier ministre, au début de l'été, en dépit des réticences d'associations de consommateurs. « Malgré l’engagement pris d’une gratuité pour les consommateurs, tout porte à croire que ceux-ci paieront (Linky) via le TURPE (Tarif d’Utilisation du Réseau Public d’Electricité), le prix exorbitant de l’appareil », estime ainsi l'UFC-Que Choisir Rhône-Alpes. « En effet, le coût de l’appareil est particulièrement élevé, entre 120 euros et 240 euros par compteur ». « Les vrais bénéficiaires du déploiement de 35 millions de compteurs communicants seront donc le gestionnaire de réseau, qui verra notamment diminuer ses coûts de relève des compteurs, et les fournisseurs d’électricité qui pourront multiplier les offres tarifaires et taxer au prix fort le moindre dépassement ».

En attendant, « Linky » gazouille joyeusement dans les montagnes haut-savoyardes... (TDG)

Créé: 12.09.2013, 16h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.