Passer au contenu principal

Chamonix interdit le wingsuit après un accident mortel

Lundi, un Norvégien s'est tué et un Sud-Africain gravement blessé en pratiquant ce sport à haut risque.

Image d'illustration
Image d'illustration
Keystone

Le maire de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) a interdit par arrêté municipal la pratique du "wingsuit", un sport extrême consistant à sauter d’une falaise muni d’une combinaison en forme d’ailes, au lendemain de la mort d’un pratiquant norvégien, a indiqué la commune mardi.

La pratique du "wingsuit" est interdite depuis les deux sites les plus fréquentés de la commune, le sommet du Brévent (2.525 mètres), dans le massif des Aiguilles Rouges, et l’Aiguille du Midi (3.842 mètres), dans le massif du Mont-Blanc.

L’arrêté d’interdiction "ainsi que des panneaux d’information seront mis en place au départ des remontées mécaniques du Brévent et de l’Aiguille du Midi", a indiqué la commune.

Un Norvégien d’une quarantaine d’années est mort lundi après s’être jeté du sommet du Brévent, tandis qu’un Sud-Africain a été gravement blessé au même endroit. Tous les deux n’ont pas ouvert leur parachute à temps, selon la gendarmerie.

La pratique du "wingsuit" depuis le sommet du Brévent s’est fortement développée "depuis la semaine dernière", après la mise en ligne de vidéos de vols sur internet, selon la commune.

La mairie indique qu’elle va "mener une réflexion sur l’organisation et la sécurisation de la pratique du wingsuit, notamment les modalités de compatibilité avec les autres disciplines aériennes", alors que plusieurs centaines de parapentistes se lancent chaque jour du sommet du Brévent.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.