La fiscalité des entreprises doit être réformée

Canton de GenèveGenève doit voter le 19 mai sur la déclinaison cantonale de la réforme fiscale des entreprises. Le canton ne veut pas perdre son attractivité.

La partie est loin d'être gagnée pour la réforme fiscal RFFA.

La partie est loin d'être gagnée pour la réforme fiscal RFFA. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En plus de voter sur la réforme fiscale des entreprises et le financement de l'AVS (RFFA) au niveau fédéral le 19 mai, les Genevois devront se prononcer sur sa déclinaison cantonale. La contrepartie indirecte sera aussi soumise au souverain.

Afin de se conformer aux normes internationales, la Suisse veut supprimer d'ici à 2020 les privilèges fiscaux accordés aux sociétés basées sur son territoire mais actives à l'étranger. Chaque canton doit fixer le taux d'imposition unique, appliqué à toutes les entreprises. A Genève, il sera de 13,99%, contre aujourd'hui 11,6% pour les sociétés à statut spécial et 24,2% pour les autres.

Pour le Conseil d'Etat et une majorité parlementaire, initialement constituée du PLR, du PDC, du MCG, de l'UDC et du PS, cette modification de la loi sur l'imposition des personnes morales (LIPM) doit permettre de maintenir l'attractivité du canton auprès des multinationales et de préserver quelque 62'000 emplois directs et indirects. Vaud applique depuis janvier un taux de 13,79%.

Petite enfance

Soumise en votation par décision du Grand Conseil, la modification de la LIPM prévoit aussi d'échelonner l'imputation de l'impôt sur le bénéfice à l'impôt sur le capital et d'augmenter de 10% l'imposition des dividendes. Le taux plancher d'imposition sur le bénéfice, qui correspond au taux minimum après les déductions fiscales, s'élèvera à 13,48%, le plus haut de Suisse après celui du Tessin.

Conséquence: les pertes fiscales sont estimées à 186 millions de francs pour le canton de Genève et à 46 millions pour les communes en 2020. En contrepartie, le Grand Conseil a voté une suspension du frein au déficit pendant huit ans, afin de garantir le maintien des prestations. Et il a accordé 20 millions au développement des crèches, grâce à une ponction de 0,07% sur la masse salariale.

Initiative et contre-projet

Mais la principale mesure compensatoire passe par une aide de 186 millions de francs pour payer les primes d'assurance-maladie. Le nombre de bénéficiaires de subsides cantonaux augmenterait de 53'000 aujourd'hui à 125'000. Ce soutien se concrétise dans un contre-projet à l'initiative de la gauche «Pour des primes d'assurance-maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage!».

L'initiative et son contre-projet seront donc également en votation le 19 mai, assortis d'une question subsidiaire visant à les départager en cas de double «oui». La modification de la LIPM, d'une part, et l'initiative et son contre-projet, de l'autre, ne sont toutefois pas juridiquement liés. Le souverain pourrait, par exemple, accepter la réforme et refuser le contre-projet.

Revirement du PS

Le Conseil d'Etat ainsi que le PLR, le PDC et le MCG appellent à voter «oui» au compromis, à savoir la modification de la LIPM assortie du contre-projet. La droite estime que le manque à gagner dû à la baisse des recettes fiscales sera progressivement absorbé par les effets positifs de la réforme. En outre, elle juge le contre-projet deux fois moins coûteux pour l'Etat que l'initiative.

Au grand dam de la droite, le PS Genève a finalement décidé de s'opposer à l'accord qu'il avait contribué à élaborer. Pour les socialistes, ce compromis ne prévoit aucune nouvelle recette fiscale permettant de compenser les pertes. Ils critiquent aussi l'absence de lien juridique entre la réforme et le contre-projet. A noter que le PS genevois est aussi opposé à RFFA, contrairement au PS Suisse.

Pour l'initiative

Un avis partagé par les Verts, Ensemble à Gauche et les syndicats, qui défendent une réforme fiscalement neutre. Ils ont formé un comité unitaire de campagne dénommé «RFFA, c'est deux fois non!». En outre, la gauche privilégie l'initiative visant à plafonner les primes d'assurance-maladie, bien que le PS et Ensemble à Gauche soutiennent aussi le contre-projet.

Quant à l'UDC, qui juge le volet social trop généreux, elle dit «non» à la modification de la LIPM, à l'initiative et au contre-projet. Mais elle appelle à choisir ce dernier dans le cadre de la question subsidiaire. (ats/nxp)

Créé: 17.04.2019, 07h32

Articles en relation

Les clés pour comprendre le projet fiscal RFFA

Votations 19 mai Les Suisses doivent se prononcer le 19 mai sur la réforme fiscale et le financement de l'AVS (RFFA). Un sujet très complexe qui divise. Explications. Plus...

L'application du projet fiscal est précisée

Confédération Les nouvelles règles n'entreront en vigueur que si le projet liant imposition des entreprises et financement de l'AVS est accepté le 19 mai. Plus...

«Oui» des cantons aux armes et au projet fiscal

Suisse La Conférence des gouvernements cantonaux estime que le projet RFFA est plus équilibré que RIE III et qu'un «non» à la loi sur les armes aurait de trop lourdes conséquences. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inde: vers une réélection du nationaliste Modi
Plus...