Les féministes embrassent la cause de la «justice climatique»

ManifestationPlus exposées aux impacts du réchauffement, les femmes donnent de la voix et appellent à de nouvelles grèves.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elles veulent la justice climatique et elles l’exigent tout de suite. Une manifestation a réuni samedi près de 200 personnes, en large majorité des femmes, pour appeler à se mobiliser contre le réchauffement et ses conséquences.

Ce cortège, qui a traversé le centre-ville de l’île Rousseau à la place Neuve, était organisé par la Marche des femmes, une organisation internationale qui a convoqué simultanément des rassemblements du même genre dans une vingtaine de pays. Le collectif à l’origine de la grève féministe du 14 juin dernier était également de mèche et prévoit de nouveaux coups d’éclat cette année.

Risques démultipliés

Qu’est-ce que le féminisme a à voir avec le climat? Plusieurs oratrices, en majorité anglophones, ont pris le relais au micro pour étayer ce lien. Les multiples fléaux qui découlent du dérèglement météorologique tendent à exacerber les inégalités, frappant plus durement les membres les plus vulnérables de la société. D’où ce concept de justice climatique. Sur la base d’études, les militantes affirment que les femmes courent un risque quatorze fois plus élevé que les hommes de périr dans une catastrophe naturelle consécutive au changement climatique. Plus exposées à la pauvreté, les femmes ont notamment moins de moyens de se prémunir des désastres ou de prendre la fuite.

«Ce sont les femmes qui essuient le gros des impacts de cette crise, résume Katya Wisniewski, spécialiste en investissement durable. Et ce sont des femmes qui affrontent le plus directement la violence physique, sexuelle et sociale qui accompagne toujours l’extraction de carburant fossile, les dégradations environnementales ou le fait d’être un réfugié climatique.»

Les femmes du monde entier se retrouvent ainsi souvent en première ligne pour dénoncer les dévastations. «Les femmes sont en pointe dans le combat pour l’autonomie alimentaire, elles se battent à la fois pour leur droit et leur environnement», décrit Mónica Granda, militante d’origine colombienne du parti Solidarités. Les manifestantes estiment par ailleurs que ce sont les mêmes responsables qui manigancent tout à la fois la surexploitation des ressources de la planète et les oppressions qui frappent leur genre.

Les militantes appellent aussi à agir en Suisse. Par exemple en interpellant sa banque sur ses investissements dans les énergies fossiles. Ou en rendant ses propres habitudes de consommation et de déplacement compatibles avec la survie de la planète.

Actions en vue

Des élues locales ont appuyé le mouvement. «C’est parce que le changement climatique affecte la famille que les femmes sont aux premières loges», commente ainsi Maria Casares, conseillère municipale socialiste en Ville de Genève. «Elles ont un rôle majeur à jouer, poursuit Frédérique Perler, candidate Verte au Conseil administratif. Dans les pays du sud, ce sont les femmes qui détiennent le savoir sur les cultures ou la récupération de l’eau. Dans nos sociétés dites modernes, elles restent largement responsables des tâches domestiques et éducatives et, par leur bon sens pratique, elles savent où on peut économiser et transmettront aux enfants ce savoir-faire et ce savoir-être.»

Des rendez-vous sont pris pour l’année 2020. Une nouvelle grève féministe est convoquée pour la journée mondiale des femmes, le 8 mars, même s’il tombe un dimanche (qui est bien un jour de travail pour certaines). Une autre grève, centrée sur les enjeux climatiques, est prévue le 15 mai.

Créé: 18.01.2020, 18h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...