Bongénie s’est fait braquer mardi soir à la fermeture

GenèveUne déflagration a été entendue à l’intérieur de l’enseigne de luxe et deux individus cagoulés ont pris la fuite en quittant les lieux par la porte de service, côté rue de la Rôtisserie, vers 19h15. On ignore s’ils ont été arrêtés.

Le magasin d'articles de luxe Bongénie, dans les Rues Basses, a subi un braquage mardi soir.

Le magasin d'articles de luxe Bongénie, dans les Rues Basses, a subi un braquage mardi soir. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les mannequins en vitrines portent des vêtements de saison, griffés et colorés. À leur pied, sur les présentoirs, la panoplie est estivale. Les deux faux clients qui viennent de sortir du magasin Bongénie par la porte de service, avant de franchir en courant la rue de la Rôtisserie, ne sont pas raccord avec les produits de marque mis en vente.

Habits sombres, capuches et visages masqués pour ces derniers, au moment de franchir sans se retourner un nid haut perché de caméras de vidéosurveillance. Il est 19h15, ce mardi en début de soirée, un quart d’heure à peine après l’heure de fermeture, et l’enseigne bien connue des Rues Basses vient de subir un braquage.

Bruit violent et bref

Les trois clientes, vraies celles-là, du proche café-restaurant, situé sur le même trottoir, à 30 mètres à peine de l’entrée arrière du magasin – l’accès principal donne sur la rue du Marché – ont tout vu et tout entendu. À commencer par une déflagration qui, un court instant, leur a fait penser à une collision entre deux voitures. «Davantage qu’un coup de feu, le bruit violent et bref évoquait plutôt le son explosif d’un coffre-fort que l’on force», commentent-elles.

Peu de temps après, l’apparition à l’extérieur de deux individus, empruntant ensemble le même chemin de fuite, en direction d’abord de la salle de l’Alhambra, puis, tout de suite sur la gauche, vers la rue de la Pélisserie. Son escalier pentu offre – il faut le savoir – un joli raccourci pour disparaître rapidement en Vieille-Ville. Un couple qui descendait de la rue Frank-Martin croise ces deux coureurs à pied qui sprintent à la montée.

Rue bouclée

Cinq petites minutes supplémentaires se sont écoulées quand surgissent les premières voitures de police. «Ils ont rapidement bouclé la rue dans les deux sens, disposant des hommes lourdement armés à chaque extrémité», commente une témoin de la scène. Plus aucun véhicule, hormis ceux des forces de l’ordre, ne circulent sur Rôtisserie.

Trois ambulances sont également dépêchées sur les lieux. «Toutes repartiront à vide, la dernière vers 21h30», assurent d’autres témoins. L’un d’eux précise: «Le SMUR était également présent. J’ai vu, assez vite après la mise en place du périmètre de sécurité, un ambulancier s’occuper d’un homme devant les vitrines éclairées. Il avait l’air choqué mais ne semblait pas blessé.»

Visage fatigué et tendu

À 23h, le dispositif s’est réduit aux abords du magasin, mais des employés, le visage fatigué et tendu, sont encore assis dans le couloir intérieur prolongeant la sortie de service. La brigade de police technique et scientifique l’emprunte à plusieurs reprises, les mains remplies de sacs volumineux. Les nombreuses traces récoltées ne sont assurément pas celles d’un simple vol à l’étalage.

«La porte de service sert également aux convoyeurs de fonds», souligne une habitante du quartier, pas surprise d’apprendre que les malfrats sont sortis par là. Elle ajoute: «Ils se sont probablement fondus dans la clientèle en fin de journée. Les endroits à l’intérieur ne manquent pas qui permettent de se faire oublier, à commencer par les toilettes, des cabines individuelles accessibles entre chaque étage.»

Ronde de minuit

Les dernières voitures de police banalisées ont quitté les lieux peu de temps avant la ronde de minuit des agents de sécurité. À charge pour eux d’actionner le rideau de fer, se refermant sans bruit sur le décor du deuxième braquage commis en moins d’une semaine dans le centre-ville commercial de Genève. Les quatre auteurs de la tentative de vol à main armée perpétrée le jeudi 31 mai à la rue de la Corraterie ont tous été arrêtés. On ignore si les braqueurs du Bongénie ont été à leur tour interpellés et s’ils ont emporté un butin avec eux.

(TDG)

Créé: 06.06.2018, 07h18

Articles en relation

Une bijouterie braquée rue de la Corraterie

Genève Quatre malfrats ont pénétré dans le commerce vers 11h jeudi matin. Puis se sont enfuis avant d'être coincés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...