Passer au contenu principal

L’État se plie au verdict sur les bains du Rhône

Le Canton ne fera pas appel face à l’arrêt judiciaire qui donne raison aux voisins.

Les autorisations de construire en vue de compléter l'aménagement des bains de la Jonction ont été annulées.
Les autorisations de construire en vue de compléter l'aménagement des bains de la Jonction ont été annulées.
Lucien Fortunati

Le Canton jette l’éponge dans les eaux du Rhône. Le Département du territoire a annoncé mercredi qu’il ne recourrait pas contre la récente décision du Tribunal administratif de première instance qui, à la suite d’un recours des riverains du Rhône, a annulé les autorisations de construire grâce auxquelles la Ville et le Canton s’apprêtaient à compléter l’aménagement des bains de la Jonction.

L’État juge les conclusions du tribunal «en partie justifiées», «notamment sous l’angle du défaut de planification globale». Il privilégiera la concertation avec la Ville, les riverains et les associations, dans le cadre de la conception d’un parc à la pointe de la Jonction, pour lequel le Conseil municipal a voté en juin un crédit d’études. Constatant une forte demande d’accès à l’eau, le conseiller d’État Antonio Hodgers estime qu’il faut «y répondre avec des aménagements confortables, sûrs, accessibles à toutes et tous et gratuits».

Quid de la Ville? «Le Conseil administratif se réunira la semaine prochaine et en discutera sans doute, mais Rémy Pagani n’est a priori pas favorable à un recours», indique le codirecteur de son département des Constructions, Claude-Alain Macherel.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.