L'État islamique aurait projeté un attentat contre les citernes de Vernier

TerrorismeDes Suisses affiliés au groupe terroriste auraient décidé de frapper Genève au printemps 2019. Les autorités genevoises auraient été informées par le Service de renseignement de la Confédération.

À la fin de l'été 2018, les services de renseignement américains auraient transmis à leurs homologues suisses des documents détaillant le funeste projet.

À la fin de l'été 2018, les services de renseignement américains auraient transmis à leurs homologues suisses des documents détaillant le funeste projet. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le récit est glaçant. Celui d'une cellule genevoise de l'organisation terroriste État islamique (EI) qui aurait décidé de faire exploser les citernes situées sur la commune de Vernier, à une poignée de kilomètres seulement de l'Aéroport de Genève. Ce récit-là, c'est «Le Temps» qui le livre, fruit d'une enquête de «plusieurs mois», assure le quotidien.

Personnage central de ce projet d'attentat qui n'aura jamais vu le jour: Daniel D. ou Abu Ilias al-Swisri selon son nom de guerre au sein de l'EI. Âgé aujourd'hui de 25 ans, il aurait grandi au Lignon, se serait converti à l'islam en 2013 avant de rejoindre le groupe terroriste deux ans plus tard. Il est décrit comme étant «très sociable», «un bon gars». Désormais, le jeune homme serait détenu dans une prison du Kurdistan syrien où il nierait, selon «Le Temps», le rôle important qu'il aurait joué et la dangerosité qu'on lui prête.

La genèse

Daniel D. aurait fréquenté la mosquée du Petit-Saconnex où il y rencontre «P.F. et Ramzi», ce dernier étant le seul «dont les parents soient musulmans et qui parle arabe». Le trio ainsi formé se serait radicalisé. À fin décembre 2014, Daniel D. et P.F., seraient partis en pèlerinage à la Mecque avec une dizaine d'autres fidèles de la mosquée genevoise. Quelques semaines plus tard, début 2015, c'est au tour de Ramzi d'accompagner Daniel D. dans le premier lieu saint de l'islam. Là-bas, ils auraient décidé de planifier leur voyage vers la Syrie. Ce sera chose faite, en avril 2015 lorsqu'ils quittent la Suisse. Les deux hommes auraient bénéficié notamment d'un entraînement aux armes avant de rejoindre la branche du groupe terroriste chargée des opérations extérieures.

Le projet d'attentat

À la fin de l'année 2015, P.F. qui est resté à Genève veut aussi rejoindre ses compagnons d'armes. Daniel D. l'en aurait dissuadé, selon «Le Temps», affirmant que la priorité pour l'EI étant de cibler des pays étrangers et «semer le chaos au cœur de l’Europe». La hiérarchie de l'organisation terroriste aurait alors demandé au trio de fomenter un attentat en Suisse, en définissant les cibles et la manière d'opérer; l'EI fournissant le soutien logistique entre autres. Ce premier projet serait tombé à l'eau, suppute le quotidien, évoquant des dissensions de nature idéologique entre P.F. et Daniel D.

La suite? Daniel D. aurait établi d'autres relations avec des djihadistes suisses, «deux Vaudois aujourd’hui détenus par les Kurdes en Syrie» ou encore un Argovien, considéré comme «très dangereux». Selon «Le Temps», il est difficile d'établir quand l'idée de cibler les citernes de Vernier est née, ni avec qui, Daniel D. aurait planifié l'attentat. Mais à la fin de l'été 2018, révèle le quotidien, les services de renseignement américains auraient transmis à leurs homologues suisses des documents, lesquels détaillent ce projet d'attentat dans le canton de Genève. Une menace prise au sérieux par les autorités genevoises. La cheffe de la police cantonale Monica Bonfanti aurait ainsi pris des mesures pour protéger les sites à risque du canton. Selon «Le Temps», l’attentat était planifié pour «fin avril ou début mai 2019».

Des arrestations

Pourquoi l'attentat a-t-il échoué? Le quotidien n'y répond pas, pas plus qu'il n'explique en détails comment Daniel D. aurait été arrêté en juin 2019. Mais rappelle, (ndlr: ce qui pourrait être une explication) que l'arrestation de deux ressortissants albanais appréhendés alors qu'ils se dirigeaient vers Genève aurait pu jouer un rôle dans le non-aboutissement du projet.

Créé: 13.02.2020, 20h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...