Passer au contenu principal

Enfants fragilisés: une Genevoise implante un projet français

L’association La courte échelle veut tisser des liens durables entre enfants et adultes bénévoles.

Armelle Loiseau Moser (à gauche) vient ainsi de créer La courte échelle, une association qui s’inspire de sa dynamique aînée parisienne «Parrains par mille» fondée par Catherine Enjolet.
Armelle Loiseau Moser (à gauche) vient ainsi de créer La courte échelle, une association qui s’inspire de sa dynamique aînée parisienne «Parrains par mille» fondée par Catherine Enjolet.
© Georges Cabrera

«Sans nourriture affective, on ne peut pas grandir.» Habitée par cette certitude, l’écrivaine française Catherine Enjolet – qui a elle-même dû surmonter les blessures de son enfance – a fondé «Parrains par mille». Objectif de cette association, initiée il y a une trentaine d’années à Paris, et soutenue par le psychiatre et psychanalyste français Boris Cyrulnik: tisser des liens de proximité durables entre un enfant de famille isolée ou fragilisée et un adulte bénévole.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.