Les élus ne veulent pas de Fêtes sur sept jours

Fêtes de GenèveLe Municipal a renvoyé l’initiative populaire en commission. Il devra décider s’il veut d’un contreprojet

A peine terminées, les Fêtes refont déjà parler d’elles.

A peine terminées, les Fêtes refont déjà parler d’elles. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’été est à peine terminé que déjà le débat autour des Fêtes de Genève s’invite au Conseil municipal de la Ville de Genève. Hier soir, c’est à une large majorité que les élus ont renvoyé en commission l’initiative populaire visant à réduire la durée de la manifestation à sept jours. Intitulée «Pour des Fêtes de Genève plus courtes et plus conviviales», elle demande également à ce que les forains se déplacent sur la plaine de Plainpalais et qu’un comité soit constitué afin de valider le concept culturel de l’événement.

Le texte devrait être clairement rejeté lors de la prochaine plénière fin septembre. Le peuple sera dès lors invité à se prononcer dans les urnes.

Festivités déjà amputées

Le Municipal s’apprête donc à suivre la recommandation du Conseil administratif. Ce dernier craint que des Fêtes ne comprenant qu’un seul week-end mettent en péril la manifestation en raison de l’impact négatif que cela aurait sur les revenus des exploitants. Or, ceux-ci couvrent environ 60% du budget total des Fêtes à travers les loyers qu’ils versent à Genève Tourisme, organisateur de la manifestation.

Dans son rapport, la Ville précise aussi qu’à l’occasion de la nouvelle formule lancée cette année sur son initiative, l’événement a déjà été largement amputé puisqu’il est passé de 25 à 10 jours. Elle précise aussi que plusieurs mesures demandées par les initiants, comme une diminution de l’impact sur le pourtour de la rade, ont déjà été prises en compte, ce qui rend l’initiative «non opportune».

C’est aussi l’impression du socialiste Olivier Gurtner. «Grâce à cette nouvelle formule, on a remis le bijou sur l’écrin. L’initiative, en créant un rapport de force, a déjà déployé ses effets.» Selon lui, si les problèmes «restent nombreux», notamment au niveau des prix pratiqués, la dynamique du changement est déjà en place et s’avère meilleure qu’un texte jugé trop radical.

Cette opinion n’est pas partagée par le MCG. «Evidemment, des Fêtes de cette ampleur impliquent des nuisances, que ce soit pour les riverains ou pour l’espace public. Mais il faut dire tout de même que durant ces 15 dernières années, entre 1,5 et 2 millions de visiteurs ont été annoncés. Je veux bien croire que certains en sont agacés, mais cela vaut-il la peine de sacrifier une belle fête populaire au profit d’une minorité?»

Un processus plus long

Guillaume Barazzone, chef de l’Environnement urbain et de la sécurité, a rappelé l’importance de l’événement pour le tourisme, l’économie et les Genevois. «Le raccourcir davantage le rendrait déficitaire. Dès lors, sans injection massive d’argent public, on assisterait à la mort des Fêtes et du feu d’artifice.»

Si les Verts s’opposeront à l’initiative, «certains points valent la peine que l’on s’y attarde. C’est pour cela que nous défendrons un contreprojet.» En effet, d’ici à la fin du mois, les élus devront en commission décider s’ils souhaitent opposer un contreprojet au texte citoyen. Si c’est le cas, le processus se prolongerait d’un an et le vote populaire n’interviendrait pas avant 2018. (TDG)

Créé: 13.09.2016, 22h56

Articles en relation

Qu’avez-vous raté cet été? Fêtes mini, angoisse à l’aéroport et folie Pokémon

Rentrée C’est la reprise! Petit récapitulatif de l’été genevois pour ceux qui sont partis sous d’autres latitudes Plus...

Deux scénarios pour l'avenir de «La ville est à vous»

Manifestation A budget constant, les fêtes de rues devront se limiter à neuf quartiers. Avec une rallonge, elles en comprendraient quinze. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...