Passer au contenu principal

L e Prix Jean Dumur va à une journaliste de la RTS

Anne-Frédérique Widmann est récompensée pour l'ensemble de sa carrière, notamment pour ses enquêtes et grands reportages diffusés dans «Temps Présent».

Le reportage «Migrants sur la route de l'enfer» d'Anne-Frédérique Widmann diffusé par Temps présent est notamment salué.
Le reportage «Migrants sur la route de l'enfer» d'Anne-Frédérique Widmann diffusé par Temps présent est notamment salué.
Keystone

Le jury du Prix des Amis de Jean Dumur a expliqué jeudi vouloir primer «une grande professionnelle qui cumule des qualités rarement réunies dans un même journaliste: celles du grand reporter de terrain et celles du journaliste d'investigation.» Le prix, le plus prestigieux du journalisme en Suisse romande, sera remis le 13 novembre à Lausanne au Centre de formation au journalisme et aux médias (CFJM).

Née en 1965, Anne-Frédérique Widmann a démarré sa carrière dans la presse écrite, d'abord à La Suisse en 1989, puis à L'Hebdo, au Nouveau Quotidien et au Temps. Elle a ensuite rejoint en 2003 la RTS, où elle est également productrice et réalisatrice.

Au cours son parcours professionnel, elle a signé «maintes enquêtes mémorables», relève le jury du prix, citant notamment son travail sur les fonds juifs en déshérence ou sur les otages suisses de Kadhafi. Parmi ses derniers reportages en date diffusés dans Temps Présent, «Migrants sur la route de l'enfer» et «Sur la piste des damnés de Daech» ont marqué les esprits.

Dans son communiqué, le jury loue «un courage hors normes pour s'aventurer sur les terrains les plus périlleux, comme la Libye. Mais aussi une ténacité dans la quête de la vérité, une intelligence humaine, une droiture et un talent qui lui permettent d'en ramener des reportages à la fois inédits, marquants et éthiquement irréprochables.»

Journalisme libre

Anne-Frédérique Widmann a travaillé et séjourné à plusieurs reprises aux Etats-Unis avec ses enfants et son mari, le dessinateur Patrick Chappatte. C'est là qu'elle a réalisé, en indépendante, le film «Free Men» consacré à Kenneth Reams, un Noir américain injustement condamné à mort.

«Je suis très heureuse et honorée de recevoir ce prix magnifique», a réagi Anne-Frédérique Widmann, citée dans le communiqué. «Alors que les médias sont décriés et décrédibilisés par ceux qui veulent les faire taire et sont soumis à des pressions économiques et politiques toujours plus fortes, il est essentiel de soutenir un journalisme libre, indépendant et sans concession dans la quête de la vérité.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.