La droite veut un contreprojet à l'initiative sur l'aéroport

TransportsLa majorité plaide pour une alternative à la thèse des initiants. Des questions de calendrier sont en jeu.

Cointrin pourrait accueillir 25 millions de passagers par an en 2030 contre 17,35 millions l’an dernier...

Cointrin pourrait accueillir 25 millions de passagers par an en 2030 contre 17,35 millions l’an dernier... Image: GENEVE AEROPORT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il ne faut pas laisser l’initiative «Pour un pilotage démocratique de l’aéroport» se rendre seule face aux urnes. C’est l’opinion qui prédomine au parlement avant le débat en plénière prévu ce jeudi soir pour discuter de l’opportunité d’un contreprojet au texte des initiants. Au sein de la Commission de l’économie, la majorité de droite a pris une décision de principe en faveur d’une telle alternative.

L’article constitutionnel voulu par les initiants stipule que l’aéroport «recherche un équilibre entre son importance pour la vie économique, sociale et culturelle et la limitation des nuisances pour la population et l’environnement». Le texte émane d’un collectif d’associations tant écologistes que d’habitants.

Calendrier électoral ou agenda fédéral

La majorité de la commission n’a donc pas suivi la tactique instillée par le Conseil d’État, qui penche pourtant aussi à droite. Rapporteur de minorité et tenant de l’initiative, le socialiste Thomas Wenger a son interprétation: «Si le Grand Conseil ne va pas vers un contreprojet, l’initiative sera soumise en votation en juin et deviendra un thème des élections cantonales de ce printemps, ce que la droite redoute: capital pour l’économie, l’aéroport dérange des dizaines de milliers de personnes de tous bords politiques.» Six des sept communes venues en commission se plaindre des nuisances subies ont des Exécutifs à majorité de droite.

Mais c’est un autre agenda, fédéral plutôt qu’électoral, qu’on invoque à droite. Dans son rapport du 28 juin, le gouvernement a préconisé le rejet de l’initiative, sans contreprojet. En novembre, le même Exécutif a jugé qu’on pouvait attribuer un rôle de contreprojet indirect au Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA), cette feuille de route que Berne doit assigner à l’aéroport et dont une première version a été mise en consultation durant l’hiver.

Cette fiche prévoit que Cointrin accueillera 25 millions de passagers par an en 2030 (contre 17,35 millions l’an dernier) — une prévision qui fait justement frémir les initiants. Pour encadrer ce boom, la fiche prévoit de réduire un peu la zone concernée par les nuisances et cela notamment grâce aux progrès techniques engendrant des avions moins bruyants.

En attendant le Conseil fédéral

«Nous attendons de voir quels seront les retours sur cette fiche PSIA et, sur cette base, nous confirmerons ou pas notre volonté de rédiger un contreprojet, explique Jacques Béné, président PLR de la commission. On ne prend pour le moment qu’une décision de principe, sans obligation de produire un contreprojet au final.»

Si le Grand Conseil vote le principe d’un contreprojet, les députés voient en effet s’allonger, de mars 2018 à mars 2019, le temps imparti pour étudier l’initiative avant que le peuple ne vote. De son côté, le Conseil fédéral doit adopter la fiche PSIA à la fin de cette année. (TDG)

Créé: 19.02.2018, 17h37

Articles en relation

Nouveau record de passagers à l'aéroport

Transport aérien L'année dernière, 17,3 millions de voyageurs sont passés par Cointrin. Plus...

«On doit remettre en cause la croissance de l’aéroport»

Transports La Coordination transports et déplacements critique la stratégie prévue à Cointrin pour la prochaine décennie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...