Doublement verts, les jeunes écologistes ont cartonné

Élections fédéralesAffichant un score de 3,26%, les juniors de la formation environnementaliste sèment eux aussi leurs poursuivants.

Les Jeunes Verts ont participé au succès de leur parti.

Les Jeunes Verts ont participé au succès de leur parti. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un score de 3,26% peut sembler faible pour un parti. Mais ce n’est pas un échec, bien au contraire, quand ce résultat s’applique à une liste annexe, sous-apparentée au bulletin principal auquel elle se rattache, comme c’est le cas de celle des Jeunes Verts. Lors de l’élection, dimanche, du Conseil national, la branche junior du Parti écologiste genevois a réalisé cet extraordinaire résultat.

Parmi les six listes jeunes en lice, c’est de très loin celle des Verts qui a obtenu les suffrages les plus forts. Sur la deuxième place du podium des listes cadettes, on trouve – est-ce un hasard? – celle des Jeunes Vert’libéraux, avec un taux toutefois bien inférieur de 0,97%. Bref, en cet automne politique, être vert, tant dans le sens de la jeunesse que dans celui de l’écologie, semble avoir constitué un double atout.

«C’est incroyable d’avoir obtenu tant de voix, s’émerveille Sophie Desbiolles, coprésidente des Jeunes Verts. Cela ne peut pas venir des seuls électeurs écologistes: d’autres citoyens – certes surtout jeunes, mais aussi des moins jeunes – ont fait confiance à une jeunesse politique.»

Les Jeunes Verts assurent avoir dû activement mener campagne, sans compter sur Greta Thunberg pour le faire à leur place. «Bien sûr, les mobilisations de jeunes dans la rue ont joué un rôle, mais cela n’était pas gagné d’avance pour nous, poursuit-elle. Ces jeunes militants sont souvent très méfiants à l’égard de la politique et des partis. Nous leur avons expliqué que voter ne coûtait rien et que mieux valait avoir des écologistes au parlement pour favoriser leurs idées.» Un argument qui a pu faire mouche auprès de ces jeunes suffisamment âgés pour voter…

Il n’y a pas de porosité systématique entre les Jeunes Verts et les militants engagés dans les grèves du climat ou dans des groupes comme Extinction Rébellion, prônant la désobéissance civile non violente. «Nous voulons constituer pour eux un relais politique, poursuit Sophie Desbiolles, mais sans donner l’impression de vouloir les phagocyter ou de les récupérer, ce n’est pas notre intention.»

L’élection au Conseil national a réussi aux caciques du parti, comme son président, quinquagénaire, ou sa cosecrétaire générale, quadragénaire. Les cadets ne sont-ils pas frustrés d’avoir joué le rôle de porteurs d’eau, en l’occurrence à coups de citernes pleines, sans étancher leur propre soif de succès? Valentin Dujoux, coprésident des Jeunes Verts et candidat malheureux sur la liste principale du parti, ne voit pas les choses ainsi. «J’ai 25 ans et je fais 17 600 voix à une élection au Conseil national, je ne me sens donc absolument pas largué, témoigne-t-il. Le fait que je sois sur la liste principale constituait en soi un message affirmant que les jeunes ont leur place dans le parti. Maintenant, le Conseil national est une mission difficile, qui nécessite un certain bagage.»

Les Jeunes Verts ne jouent en tout cas pas le rôle de figurants sur la scène politique cantonale, ayant placé pas moins de quatre députées au Grand Conseil au printemps 2018. À la faveur des prévisibles rocades, une cinquième pourrait y accéder. Hé oui, encore une femme. Car en 2019, il y a encore plus avantageux que d’être doublement vert: c’est d’être doublement verte.

Créé: 21.10.2019, 17h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections: le PLR impute sa défaite à Maudet
Plus...