Le vertige de la densité s’invite aux Vernets

AménagementHors norme de par sa concentration et ses volumes, le futur ensemble interpelle même ses concepteurs. Qui sont pris de doutes alors que le permis de construire est presque prêt.

Le quartier des Vernets, avec l’Arve et la tour de la TV à droite et le complexe sportif des Vernets en arrière-fond.

Le quartier des Vernets, avec l’Arve et la tour de la TV à droite et le complexe sportif des Vernets en arrière-fond. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sur ce coup-là, on ne peut pas se rater.» Le conseiller d’État Antonio Hodgers est conscient de l’immense défi qui repose sur lui-même et son administration. Le futur quartier des Vernets se résume pour l’heure à d’épais cartons remplis de plans et d’études. Mais bientôt, les permis de construire seront délivrés, et ce passage à l’acte donne des sueurs froides. Même certains des investisseurs ne cachent pas une certaine fébrilité.

«La réussite de ce futur quartier se joue sur une multitude de ces petits détails»

À la caserne des Vernets va succéder un quartier de 1500 logements. Et chacun espère que les Genevois n’auront pas le sentiment qu’on leur a fait une nouvelle caserne. «Tout le monde joue un peu à se faire peur, commente l’architecte cantonal, Francesco Della Casa. C’est la dernière qui sonne pour s’assurer que tout soit fait au mieux.»

«Oui, nous avons tous le trac car ici, nous sortons des modèles dont nous avons l’habitude, relève Saskia Dufresne, la directrice de l’Office des autorisations de construire (OAC) et du projet Praille-Acacias-Vernets. Mais ce trac est salutaire, il nous permet de faire les derniers bons arbitrages en faveur de la qualité.» Une qualité indispensable, notamment pour la suite. Car si ce quartier représente la première pièce du vaste projet d’urbanisation Praille-Acacias-Vernets, il en est aussi le modèle. Rater les Vernets, c’est s’assurer des résistances pour le reste du projet.

La ville change d’échelle

La maquette du futur quartier, en photo ci-contre, révèle d’emblée son impact. Il est non seulement très dense mais propose aussi des bâtiments plus hauts et plus épais que d’ordinaire. Avec eux, la ville change d’échelle, comme les voitures, qui sont toutes devenues plus grosses.

Le projet, issu d’un concours, se démarque avec deux grands îlots disposant chacun d’une vaste cour végétalisée à laquelle on accède par des passages sous les immeubles. Par leurs dimensions, ces derniers sont proches de ceux du square du Mont-Blanc, aux Pâquis. À la différence qu’avec leurs neuf étages sur rez-de-chaussée, ils culmineront à 30 mètres, contre 22 ou 24 mètres à la corniche au Mont-Blanc.

Le projet prévoit aussi une tour du côté de l’Arve, destinée à des logements. Avec ses 86 mètres de haut, elle dépassera d’une vingtaine de mètres sa voisine d’en face, celle de la télévision. Enfin, un quatrième bâtiment, consacré à des activités, sera érigé à l’autre bout du secteur.

L’école qui fait jaser

Un espace était encore à prendre, au pied de la tour. Il le sera par une école, désignée en janvier à l’issue d’un concours organisé par la Ville de Genève. Ce choix a fait jaser. Les investisseurs espéraient conserver une partie de cet espace pour en faire la place du quartier, un «lieu central de respiration». Or, le jury du concours a choisi l’école qui s’étale le plus et empiète sur tout le périmètre. Les espaces publics? Les classes étant situées à l’étage, le rez-de-chaussée abritera le parascolaire et des locaux pour les habitants, répond le jury, qui promet qu’ainsi, l’école sera «un lieu de convivialité et de partage».

«Ce choix nous a effectivement surpris, reconnaît Saskia Dufresne. Nous allons nous y adapter tout en veillant à ce que l’école soit effectivement un lieu de vie pour le quartier, comme le jury le préconise.» Un effort supplémentaire sera par ailleurs porté sur les autres espaces publics, notamment les allées arborisées.

Pour la directrice de l’OAC, c’est une contrainte, une de plus, parmi les dizaines qui se contredisent parfois. Et en raison de laquelle il faut procéder à de délicats arbitrages.

Un exemple est révélateur de ce travail de pondération entre des intérêts divergents, en l’occurrence la sécurité et la qualité des logements. Le projet prévoyait au départ des immeubles hauts de 33 mètres. Or, au-delà de 30 mètres, les normes incendie préconisent des mesures constructives onéreuses, comme un ascenseur pour les pompiers ou des cages d’escalier pressurisées. Trop cher à réaliser, à moins de rajouter plusieurs étages pour absorber les coûts. Pour rester sous les 30 mètres, la hauteur des logements a donc été fixée à 2,50 mètres. En soi, cela n’a rien de choquant. Sauf pour certains appartements, très profonds, dont la qualité pourrait en pâtir. Que faire alors? Enlever un étage pour créer des logements plus hauts? On pense plutôt agrandir certaines pièces pour les rendre plus agréables. Avec comme conséquence de réduire le nombre de logements, et donc la rentabilité de l’immeuble.

«La réussite de ce futur quartier se joue sur une multitude de ces petits détails, commente Antonio Hodgers. Nous voulons éviter que les préavis des différents services soient appliqués sans réflexion globale.» «Nous devons nous assurer que la qualité ne se perde pas au fil du projet», ajoute Saskia Dufresne. C’est la raison pour laquelle une grande mise à plat a été effectuée avant le feu vert final, attendu cet automne.

On y soumet à la critique les espaces publics, la qualité des rez-de-chaussée, la typologie des appartements ou encore les façades. Une mise à plat où il sera aussi question d’argent, puisque les investisseurs paieront une rente à l’État, propriétaire du terrain.

Pilote du projet pour les investisseurs, Patrick Pillet balaie les inquiétudes. «Pour une fois, nous réalisons un quartier de ville, comme aux Eaux-Vives. La densité est un défi, certes, mais nous avons tous intérêt à fournir un projet de qualité et cela en prend bien le chemin.» Les travaux pourraient démarrer en 2020.

Créé: 20.04.2019, 08h18

En bref

Logements
Les Vernets offriront 1500 logements, dont 300 pour les étudiants. On comptera deux tiers de logements d’utilité publique et un tiers de loyers libres. S’y ajoutent une école, une crèche, une maison de quartier et 20 000 m2 de surfaces d’activité.

Investisseurs
Huit investisseurs participent au projet, dont trois coopératives, des caisses
de pension, dont celle de l’État de Genève et celle des patrons (CIEPP), et Swiss Life. Losinger assurera la construction. Coût total: 650 millions de francs.
C.B.

Forte concentration, comme aux Pâquis

Le futur quartier des Vernets se démarque par sa forte densité. Cette option a été prise dès l’origine du projet pour faire face à la pénurie de logements et du fait de sa situation, proche de la ville et du dégagement offert par l’Arve. Son indice d’utilisation du sol (IUS) se monte à 3. Cela signifie que pour 100 m2 de terrain, on construit 300 m2 de surface de plancher.

Ces cinquante dernières années, les quartiers érigés en périphérie présentaient des densités beaucoup plus faibles – à Meyrin ou Onex, les IUS oscillent entre 1 et 1,5. Depuis une dizaine d’années, elles sont augmentées dans les nouveaux quartiers, mais sans jamais atteindre les niveaux du centre-ville. La Cité Carl-Vogt, à la Jonction, présente un IUS de 2,2, similaire à celui des îlots en face de l’Université, à Plainpalais. Mais le record est détenu par les Pâquis, avec des IUS de 3,2. Avec les Vernets, c’est donc la première fois depuis des lustres que Genève réalise un quartier aussi concentré qu’en ville.

La densité ne dit rien sur la forme urbaine. On a coutume de dire que le Vieux-Carouge
est aussi dense que les tours de la Cité sarde. Les Vernets le seront autant que les Pâquis, même s’ils offriront davantage d’espaces publics. Si la densité exprime une intensité, elle est aussi toute relative. Dans le nouveau quartier, il y aura moins de commerces, de bureaux et de clientèle qu’aux Pâquis, et aussi moins de bruit. Mais on espère qu’il sera vivant. C.B.

Articles en relation

La densification à marche forcée sème le doute

Aménagement Notre enquête montre que le marché du logement s’est détendu ces dernières années. Au point de remettre en question le rythme des constructions. Plus...

Berne gèle les zones à bâtir à Genève

Aménagement Le Conseil fédéral a pris une mesure drastique contre cinq cantons. Genève doit revoir sa taxe sur la plus-value foncière. Plus...

La villa individuelle, un rêve en voie de disparition

Aménagement L’habitat groupé et la maison contiguë sont devenus la norme. Ils modifient la zone villas, au grand dam de ses habitants. Les communes tentent de reprendre la main. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...