Les détracteurs de Cointrin lancent leur campagne

VotationsL’initiative «Pour un pilotage démocratique de l’aéroport» sera soumise au peuple le 24 novembre.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils se sentent portés par le vent. Les membres de la CARPE (Coordination régionale pour un aéroport de Genève urbain, respectueux de la population et de l’environnement) ont donné jeudi le coup d’envoi à leur campagne pour la votation cantonale du 24 novembre. Un scrutin qu’ils espèrent bien gagner afin de juguler les prévisions d’essor de Cointrin. À cette date, les citoyens se prononceront sur son initiative «Pour un pilotage démocratique de l’aéroport», mise en concurrence avec un contre-projet émanant de la droite parlementaire.

«L’initiative est soutenue par 25 associations et partis, le PDC étant le dernier en date qui, en assemblée générale, s’est prononcé nettement», relève Lisa Mazzone, présidente de la CARPE. Et de rappeler le contexte: la consultation sur le règlement d’exploitation de l’aéroport suscite des remous, comme on l’a vu lors d’une soirée à Genthod (lire en page 7). «Il y a une vraie révolte face à l’absence de prise en compte de la qualité de vie des gens», juge Philippe Dugerdil, habitant de Satigny. «L’initiative a entraîné un débat public: on peut parler alors qu’il y a dix ans nous aurions été pendus», salue Jean-François Bouvier, de l’Association des intérêts de Vernier-Village. «L’aéroport est le point noir de notre canton quant aux émissions de CO2 et cela va à l’encontre des efforts déployés dans d’autres domaines», critique Corinne Jacquelin, présidente du WWF Genève.

Alors que la politique aéronautique est de compétence fédérale et orientée sur la satisfaction de la demande, les initiants estiment que «le canton et l’aéroport, qui nous appartient, ont une marge de manœuvre et de négociation avec Berne», selon Lisa Mazzone. Leur texte, de rang constitutionnel, enjoint l’État de rechercher un équilibre entre l’importance de l’aéroport «pour la vie économique, sociale et culturelle et la limitation des nuisances pour la population et l’environnement». Pour la présidente, le contreprojet «ancre la situation actuelle dans la Constitution» et «place les intérêts économiques au-dessus de l’objectif de limitation des nuisances».

Créé: 10.10.2019, 18h47

Articles en relation

Genthod chauffée à blanc contre l’aéroport

Aviation Une séance d’information a fait salle comble. Et révélé la tension qui règne au sujet du bruit des avions. Plus...

Versoix s'oppose unanimement au développement de l'aéroport

Communes Le nouveau Règlement d'exploitation de la plateforme de Cointrin a été sévèrement critiqué lors du dernier Conseil municipal. Plus...

Aéroport: une initiative poudre aux yeux?

L'invité Plus...

Cointrin pris d’assaut malgré l’alerte climatique

Transport aérien Les manifestations en faveur de la planète, très critiques vis-à-vis de l’aviation, ont beau être de plus en plus nombreuses, à l’aéroport de Genève, les foules affluent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...