Les cyclistes veulent plus d'espace sur la Voie verte

MobilitéDeux pétitions prônent d’élargir la partie cyclable de l’axe. Les marcheurs sont sur la défensive.

Sur la Voie verte, des tensions peuvent se faire sentir entre les cyclistes et les piétons, qui doivent cohabiter.

Sur la Voie verte, des tensions peuvent se faire sentir entre les cyclistes et les piétons, qui doivent cohabiter. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pousse-toi avec ton triporteur, que je puisse te dépasser avec mon vélo électrique sans heurter la bicyclette qui arrive en face. Tel est le genre d’injonction qui peut germer dans la tête des cyclistes pressés sillonnant la Voie verte. Un flux de 689 cyclistes par heure de pointe matinale, a compté Pro Vélo en juin. Conçue comme un lieu de promenade, l’artère de mobilité douce bâtie sur la tranchée couverte du CEVA entre les Eaux-Vives et Annemasse semble aiguiser les rivalités. Émanant, d’une part, de la gauche chênoise, qui a recueilli 500 paraphes, et, d’autre part, de Pro Vélo, qui bouclera sa récolte à la fin du mois, deux pétitions, proches dans leur contenu, sont sur le point d’être remises pour demander que davantage d’espace soit donné aux cyclistes.

Sur sol suisse, la voie mise en service à la fin de 2017 propose deux cheminements parallèles. L’un, en dur, est pensé comme une surface roulante alors que l’autre, plus large et doté d’un revêtement plus meuble, se destine plutôt à la promenade. Mais tous les types de mobilité douce sont autorisés sur l’une ou l’autre partie de la voie. Les deux axes sont séparés par une zone caillouteuse, censée recréer le ballast ferroviaire disparu dans l’espoir d’en ressusciter la flore typique.

Sécurité mise en cause

Pour améliorer la coexistence entre les types de deux-roues aux vitesses différentes, les pétitionnaires réclament un élargissement de la partie cyclable de la voie. En outre, ils prônent de solidifier la partie pédestre, afin de débarrasser l’autre piste des marcheurs fuyant la boue en cas de pluie ou des enfants jouant avec rollers et trottinettes. Le texte chênois réclame aussi de sécuriser la zone en ballast, jugée dangereuse. Le manifeste de Pro Vélo espère une priorité des mobilités douces aux intersections routières ou une signalétique améliorée.


Lire également l'éditorial: Des mobilités pas si douces


En rendant carrossables les deux pans de la Voie verte, ne va-t-on pas la transformer en autoroute à vélos électriques? «Elle en est déjà une, la problématique du vélo électrique est bien présente, mais cela montre aussi que beaucoup de gens se mettent aux modes doux», répond Bastien Leutenegger, responsable de la pétition chênoise. Pour lui, il importe de prendre acte de l’utilisation effective de la voie et de la sécuriser: «La partie cyclable actuelle ne permet pas un croisement adéquat entre vélos, critique-t-il. Il faut plus d’espace pour éviter les accidents.» «La Voie verte a été conçue, il y a une dizaine d’années, surtout pour les piétons, mais on constate qu’elle est avant tout utilisée comme voie express par les cyclistes, poursuit Alfonso Gomez, président de Pro Vélo. Il ne s’agit pas d’opposer cyclistes et piétons, mais il faut s’asseoir et réfléchir à l’utilisation de cette voie, en prenant compte de l’évolution des habitudes de mobilité.» Pour lui, la partie cyclable devrait atteindre au moins 3,2, voire 3,5 mètres, contre 2,5 actuellement.

Bipèdes sur le qui-vive

Si les cyclistes se défendent d’empiéter sur le territoire des marcheurs, ces derniers craignent pourtant de faire les frais de l’affaire. Par moments, la Voie verte, qui avoisine une quinzaine d’écoles et plusieurs EMS, peut être très prisée des promeneurs.

«Le mélange des genres de transport, très prisé par les responsables de l’aménagement, pose toujours problème, déplore Patrick Lacourt, président de Mobilité piétonne. Pro Vélo veut scinder les deux types de trafic, mais si on goudronne toute la voie, il y aura des vélos partout et les piétons fuiront. Je comprends que les cyclistes veuillent une voie express, mais la route de Chêne est assez large pour en créer une!»

L’État, lui, a ses propres exigences (lire ci-dessous). Concilier le tout promet un débat épineux.


L’État rétif face aux propositions

La séparation accrue des flux cyclistes et piétons que les deux pétitions semblent rechercher suscite le rejet de l’État. «Cela enlèverait toute la mixité qui était recherchée», réagit Roland Godel, porte-parole du Département cantonal des infrastructures. Et de rappeler qu’à l’origine, la Voie verte a été pensée «comme un espace de promenade pour les mobilités douces et clairement pas prioritairement comme une voie rapide pour vélos».

Les réfections proposées ne vont pas de soi. Goudronner la partie en terre battue? Ce serait l’imperméabiliser: on a vu plus vert. Élargir la partie en dur ne pourrait se faire qu’en détruisant la ligne de ballast, exigée au niveau fédéral pour accueillir la flore antérieure du site. Elle sert aussi à évacuer les eaux de pluie: la bétonner forcerait à revoir tout le drainage du site.

Prioriser les modes doux au carrefour? C’est compliqué au vu des statuts divers des axes franchis et, en plus, le péril n’est pas avéré: «Tous les usagers ralentissent, le plus souvent en faveur des cyclistes.» Pro Vélo a évoqué la possibilité de limitations de vitesse sur la voie près des écoles. Mais un tel dispositif n’est pas la norme sur un parcours cyclable et, pour l’État, c’est au cycliste de s’ajuster aux diverses circonstances.

L’État note que des travaux correctifs ont été effectués l’été dernier afin de sécuriser les intersections. «Selon nos retours, cela fonctionne bien», affirme Roland Godel. Une nouvelle campagne rappellera les bons usages sur la Voie verte ce printemps.

Créé: 18.02.2020, 18h48

Sondage

Faut-il donner davantage d'espace aux cyclistes sur la Voie verte entre les Eaux-Vives et Annemasse?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...