Passer au contenu principal

Credit Suisse visé par une enquête à Genève

L'établissement bancaire suisse pourrait se retrouver dans de sales draps.

L'établissement zurichois pourrait être tenu responsable de négligence.
L'établissement zurichois pourrait être tenu responsable de négligence.
Keystone

Credit Suisse se retrouve dans le viseur de la justice à Genève. Une enquête menée depuis trois ans sur les agissements du gestionnaire d'actif TG Investment Services a été étendue à la grande banque, a indiqué à AWP une porte-parole de l'établissement zurichois, confirmant une information relayée par plusieurs médias.

L'établissement zurichois pourrait être tenu responsable de négligence. Les mesures visant à prévenir une infraction comme le blanchiment d'argent n'auraient pas été suffisantes. «Credit Suisse rejette résolument toute responsabilité pénale et se défendra par tous les moyens contre les accusations», a expliqué une porte-parole du groupe.

La société genevoise TG Investment Services, pour laquelle Credit Suisse servait de banque dépositaire, aurait fait perdre des millions de francs à ses clients, a rapporté mardi le Tages-Anzeiger. Le gestionnaire d'actifs a été fondé en 2008 par d'anciens employés du numéro deux bancaire helvétique, bien connectés en Turquie et qui attiraient par ce biais une clientèle fortunée.

Ils avouent

La chute de la livre turque en 2013 a frappé de plein fouet TG Investment Services, dont les responsables auraient falsifié des signatures pour exécuter des ordres avec Credit Suisse. Un des clients s'est aperçu des transactions frauduleuses et a averti en 2015 le Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS).

Pris sur le fait, les dirigeants de la boutique de gestion d'actifs ont avoué, arguant qu'ils ne souhaitaient pas s'enrichir personnellement mais compenser les pertes des clients. Les sommes perdues s'élèveraient à 150 millions de francs.

La procédure visant TG Investment a été étendue à quatre employés de Credit Suisse au moment des faits, dont un travaille toujours au sein de la grande banque.

L'agence de presse Bloomberg affirme que le Ministère public genevois s'intéresse à 40 transactions parmi les 50'000 passées entre 2009 et 2015.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.