Le cours d’éducation civique n’incite pas à voter

Démocratie Une étude réalisée par l’Université de Genève a analysé les raisons de l’abstentionnisme des 18-25 ans.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les jeunes ne votent pas assez. Le taux de participation des 18-25 ans au scrutin de dimanche n’est pas encore connu, mais on devine qu’il sera largement inférieur – probablement plus de deux fois – à celui des 70-80 ans. Pour comprendre les raisons de ce fort abstentionnisme, le Département de science politique de l’Université de Genève a réalisé, à la demande de la Chancellerie, une étude sur le phénomène. Les résultats démontrent que les discussions politiques, même occasionnelles, au sein de la famille ou avec des amis suffisent souvent à encourager les jeunes à participer au scrutin. L’utilité des cours d’éducation citoyenne à l’école n’a en revanche pas été prouvée.

Cliquez sur l'image pour agrandir

Phénomène pas nouveau

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’abstentionnisme des 18-25 n’est pas une tendance nouvelle. Un écart similaire entre jeunes et personnes âgées existait déjà il y a vingt ans, précisent les auteurs de l’enquête. Pour tenter de comprendre les raisons de ce différentiel qui semble traverser les générations, les universitaires ont étudié plusieurs facteurs susceptibles de favoriser ou non la participation des jeunes.

Il en ressort que les freins à l’engagement des jeunes sont globalement les mêmes que ceux pour les personnes plus âgées. On pense par exemple au niveau d’éducation. Certains facteurs ont cependant un impact plus fort sur la population jeune. C’est notamment le cas de la socialisation politique au sein de la famille ou à l’école. L’étude montre un très grand écart – du simple au double – entre les personnes qui ont «assez souvent» et ceux qui n’ont «jamais» discuté de politique avec leurs parents. «La tradition, le devoir et l’habitude» sont par ailleurs les raisons le plus souvent citées par les 18-25 ans pour expliquer leur participation, contrairement au plus de 25 ans, qui évoquent davantage le «soutien à une certaine politique».

Fait étonnant, l’étude révèle que l’éducation citoyenne à partir du Cycle d’orientation ne semble en revanche pas avoir beaucoup d’influence sur le vote des plus jeunes. Que les répondants considèrent ces cours comme «assez», «peu» ou «pas du tout» utiles n’a quasi aucune influence sur leur participation.

Pas de politique à l’école

Ces résultats ne surprennent pas les présidents des sections jeunes de partis genevois. Lors d’une récente table ronde organisée sur cette thématique, plusieurs ont relevé que les heures dédiées à l’éducation citoyenne étaient souvent utilisées par les professeurs d’histoire ou de géographie pour terminer leurs programmes. «Certains enseignants n’osent pas parler de politique ou ne se sentent pas assez compétents, c’est dommage», regrette Anja Wyden Guelpa, chancelière d’Etat. La vice-présidente du Parlement des jeunes genevois (PJG), Elise Blandenier, déplore pour sa part que le «principe de neutralité relègue trop souvent le débat politique en dehors de la classe».

Le porte-parole du Département de l’instruction publique, Pierre-Antoine Preti, précise qu’au collège, les heures dédiées à l’éducation citoyenne sont intégrées au cours d’histoire, de droit et de géographie, mais qu’«il est tout à fait possible d’y conduire des débats politiques».

(TDG)

Créé: 26.09.2016, 19h37

Articles en relation

Que faire pour que les jeunes ne boudent pas les urnes?

Civisme Easyvote.ch est chaudement recommandé par le Parlement des jeunes genevois est partenaire de la Semaine de la démocratie. Débat au Palais Eynard. Plus...

Onex rejoint Easyvote pour inciter ses jeunes à voter

La Commune a commandé 200 abonnements. Elle est la cinquième Municipalité genevoise à s’engager dans ce projet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...