Au moins 2500 étudiants «moussés» ont défilé pour le Picoulet

GenèveAmbiance bon enfant et aucun débordement à signaler lors du traditionnel Picoulet de l’Escalade.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela a commencé doucement à l’École de commerce Nicolas-Bouvier. Les sirènes des microphones ont libéré tous les élèves. La majorité est rentrée à la maison. Une quarantaine d’entre eux, pour la plupart non déguisés, se sont mis en route en direction du Collège Voltaire vers 9h15. Dans le chariot tiré par un vélo, une enceinte débite des chansons de rap américain. «À la base, on voulait se déguiser mais en demandant autour de nous, les gens nous on dit qu’ils n’allaient pas le faire. Alors, on ne l’a pas fait non plus», avoue une jeune fille de l’école de commerce.

Vidéo: Valérie Geneux

«Ici, c’est Voltaire!»

Une fois les élèves arrivés au point de réunion, au Collège Voltaire, l’ambiance est tout autre. Les collégiens sont motivés. On les entend scander: «Ici, c’est Voltaire, Voltaire, c’est partout.» Tous sont déguisés selon le thème imposé: postapocalyptique. Le cortège est prêt depuis longtemps. L’ambiance s’échauffe sur de la musique pop à plein régime. Un peu plus bas, à la rue de Malatrex, des collégiens de Saussure sont venus en nombre. Faciles à reconnaître, ils sont vêtus de pulls blanc et rouge rayés, selon le thème «Où est Charlie?».

Batailles de mousse

En attendant la venue des autres collèges, certains en profitent pour aller faire le plein d’alcool et de munitions à la Coop du coin. Cependant, un Securitas les arrête à l’entrée. «L’alcool ainsi que la farine, le shampooing, les œufs, le produit vaisselle et la mousse à raser sont interdits à la vente jusqu’à 11 heures», signale le vigile.

Et cette règle est valable pour tous les magasins Coop se trouvant sur le parcours du cortège. Malgré les restrictions de vente, la mousse à raser s’impose sur quasiment toutes les têtes. Il y en a partout. Dès le début du cortège, et jusqu’à la fin, certains mèneront de véritables batailles de mousse. C’est à qui aura le visage et les cheveux les plus couverts de blanc.

À 10h10, le cortège démarre. Les collégiens de Voltaire, Saussure, Rousseau, Sismondi, mais aussi les élèves de l’École de commerce Nicolas-Bouvier et de l’École de culture générale Henry-Dunant, s’élancent dans la rue des Terreaux-du-Temple en direction de la gare Cornavin. En tête de file, des jeunes enduits de mousse à raser. L’ambiance est festive et bon enfant. Les élèves de Rousseau se reconnaissent facilement par leurs déguisements jaunes. «C’est la plus belle couleur, la couleur du plaisir», lance un homme-banane qui déambule autour du char de son établissement. Le cortège avance bon train. Les routes sont toutes bloquées et la police veille au grain à chaque coin de rue. Mais aucun débordement n’est à signaler. Au début du pont du Mont-Blanc, un timide stand du Service de la jeunesse distribue des bouteilles d’eau. Sur le pont, un Kermit vert, accompagné d’une fée, déclare: «L’ambiance est cool mais il fait froid.» Effectivement, en ce matin du 6 décembre, le thermomètre avoisine le zéro degré. Cela n’a pas empêché certains de se balader torse nu ou en minijupe. À la rue du Rhône, les commerçants des boutiques de luxe jettent des regards amusés sur le défilé qui passe devant leurs vitrines.

Rejoint par les collégiens de Calvin, le cortège prend encore plus d’ampleur. Selon les estimations de la police, ils sont au moins 2500. Le rap français et le R’n’B résonnent dans toutes les enceintes. Au boulevard Émile-Jaques-Dalcroze, un pogo prend forme, ça chante, ça saute et ça danse. Lorsque «Pookie» retentit dans les haut-parleurs, la foule reprend à tue-tête les gimmicks de la chanteuse Aya Nakamura. Vers 11 heures, les premiers arrivent dans le parc des Bastions. «Le meilleur moment, c’est quand il y a la musique à fond et que l’on danse», déclare une des quatre jeunes filles déguisées en étoiles. Deux champignons de Calvin terminent. «C’était trop bien. On va encore rester un moment aux Bastions.» À midi, il y avait encore une foule d’élèves.

Créé: 06.12.2019, 18h09

Articles en relation

Le réseau TPG sera fortement perturbé vendredi

Genève Le cortège du Picoulet et «l'Hommage aux victimes» bloqueront l'hypercentre de la ville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les processus de naturalisation recadrés
Plus...