Passer au contenu principal

Un contre-projet sur l’aéroport est fustigé par les auteurs de l’initiative

Deux textes rivaux sur les nuisances de Cointrin seront soumis au peuple.

LUCIEN FORTUNATI/ARCHIVES

Faut-il inscrire l’aéroport dans la Constitution genevoise et, si oui, que doit-on en dire? Les Genevois devront bientôt se prononcer sur une initiative «pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève» et son contre-projet dont le Grand Conseil débattra la semaine prochaine. Ce texte alternatif, dont le PLR Jacques Béné est le premier signataire, est tout juste ressorti d’un traitement en Commission de l’économie. Il y a obtenu une courte majorité: sept voix de droite contre six de gauche et deux abstentions MCG. Dans un communiqué diffusé mardi, les initiants qualifient ce contre-projet de «dangereux» car, selon eux, il «grave la situation actuelle dans la Constitution».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.