Les coalisés du centre font de leur diversité un atout

Élections fédéralesQuatre petites formations de droite partent unies à l'assaut du Conseil national.

De gauche à droite, Guy Mettan (Planète Bleue), Florian Baier (PEV), Alexandre Peyraud (Vert'libéraux), Laurent Seydoux (Fédéraction).

De gauche à droite, Guy Mettan (Planète Bleue), Florian Baier (PEV), Alexandre Peyraud (Vert'libéraux), Laurent Seydoux (Fédéraction). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils sont nouveaux ou déjà habitués à jouer le rôle de figurants, faute de soutien suffisant, lors de courses électorales. «Ils», ce sont ces petits partis du centre droit du paysage politique genevois. Vert’libéraux, PEV, Planète Bleue et Fédéraction ont donné mercredi une conférence de presse commune. À l’orée des élections fédérales de l’automne, ces formations se sont apparentées entre elles afin de convaincre leur électorat potentiel qu’un vote en leur faveur est susceptible de paver la voie à un succès.

«Le plus important, c’est de gagner au moins un siège», martèle Alexandre Peyraud, candidat vert’libéral. «Voter pour nous n’est pas un vote perdu», assure Guy Mettan, unique prétendant de Planète bleue. Il en est aussi le seul membre, ce transfuge du PDC, écarté de la course aux fédérales et qui se dit heureux d’avoir trouvé au sein de cette nouvelle famille un «respect de la diversité», «difficile dans certaines ententes» dont il a fait partie.

À la même table, la tête de liste de Fédéraction, Laurent Seydoux, fait figure de revenant en tant qu’ancien vice-président national des Vert’libéraux dont il est aujourd’hui l’allié. Lui dit préférer à l’action politicienne sa nouvelle démarche de porte-voix des milieux associatifs et gens de terrain. Selon lui, on aurait par exemple évité le résultat final de l’écoquartier d’Artamis si on avait mieux impliqué la société civile en amont du projet. «Nous sommes là pour faire avancer des idées concrètes, qui ne sont pas partisanes», argue Alexandre Peyraud. «Nous voulons des projets durables et réalistes tenant compte des réalités entrepreneuriales qu’ignore la gauche et de celles, sociales, que la droite écarte», explique Florian Baier, tête de liste du PEV. Ce Parti évangélique avait engrangé 0,59% lors de la dernière course genevoise au Conseil national en 2015. Les Vert’libéraux avaient obtenu 2,27%.

Le PEV se revendique conservateur sur les questions de mœurs, ce qui ne sera pas le cas des autres. Guy Mettan s’avoue moins europhile que les Vert’libéraux. Tous voient un atout dans leur diversité et se disent d’accord sur deux tiers de leurs idées, se posant en alternative aux partis en place, «dont plusieurs sont malheureusement empêtrés dans des affaires minant leur crédibilité», glisse peu charitablement leur communiqué commun.

Tous misent sur la carte environnementale qui a le vent en poupe en 2019. Tous, enfin, disent s’être rapidement mis d’accord pour tourner le dos au PBD-PCD une fois que ce parti eut décidé de faire affaire avec Eric Stauffer. «On veut éviter les grandes gueules qui se posent en sauveurs de la République, leurs effets sont nuls», mitraille Guy Mettan. «Ayant souvent peur des petits partis, les Genevois sont dans l’attente d’un sauveur, mais l’affaire Maudet a montré que c’est illusoire», complète Alexandre Peyraud.

Créé: 14.08.2019, 16h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.