Passer au contenu principal

La chute du trafic purifie l'air genevois de façon spectaculaire

La teneur en dioxyde d'azote recule de 35% au centre-ville, de 50% en périphérie. Une réduction moyenne de la circulation de plus de 40% est observée à Genève.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Lucien Fortunati

La qualité de l'air genevois n'a pas à se plaindre des conséquences du semi-confinement instauré à la mi-mars. Les teneurs en dioxyde d’azote ont baissé de 35% en ville et de 50% en périphérie à la fin de mars par rapport à la première quinzaine du mois. Ce fort repli a notamment pour conséquence que les valeurs mesurées en milieu périurbain rejoignent celles, très basses, qui continuent d'être relevées à la campagne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.