Passer au contenu principal

Des centaines d’arbres se sont élevés dans le ciel

Pour sécuriser les rives de l’Aire et de la Seymaz, l’Etat procède à l’abattage de près de 450 spécimens qui menaçaient de chuter.

Genève, le 7 février 2017.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.Sécurisation des rives de l'Aire au moyen d'un hélicoptère.©Frank Mentha
Genève, le 7 février 2017.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.Sécurisation des rives de l'Aire au moyen d'un hélicoptère.©Frank Mentha
Genève, le 7 février 2017.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.Sécurisation des rives de l'Aire au moyen d'un hélicoptère.©Frank Mentha
Genève, le 7 février 2017.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.Sécurisation des rives de l'Aire au moyen d'un hélicoptère.©Frank Mentha
Genève, le 7 février 2017.Roger Beer, chef de service secteur forêts et arbres isolés à l'Etat de Genève.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.©Frank Mentha
Genève, le 7 février 2017.Roger Beer, chef de service secteur forêts et arbres isolés à l'Etat de Genève.Parc Navazza-Oltramare, Lancy.©Frank Mentha
1 / 16

Ils font moins parler d’eux que leurs congénères de la plaine de Plainpalais. Leur abattage est pourtant tout aussi impressionnant. Voire plus. Ce mardi, près de 200 arbres du bord de l’Aire, à Lancy, qui menaçaient de tomber ont été tronçonnés puis héliportés vers une zone de dépôt à quelques centaines de mètres de là. L’opération, pilotée par l’Etat, se poursuit mercredi le long de la Seymaz. Quelque 250 nouveaux spécimens devraient s’élever au-dessus de Chêne-Bourg. Ces travaux visent à sécuriser les rives des deux cours d’eau. Le bois débité sera lui transformé en copeaux pour le chauffage.

Mardi, aux abords du chantier, la scène a quelque chose de surréaliste. Un arbre à la couronne parfaite vole dans le ciel gris genevois. On croirait à un tableau de Magritte. Mais la rêverie est de courte durée. Un souffle digne des pires bourrasques de bise rappelle rapidement le spectateur du jour à la réalité. Au-dessus de lui, un gros moustique vrombit. Il a deux pales. Seuls deux hélicoptères en Suisse présentent cette caractéristique. Petits mais très stables, ils peuvent transporter des arbres de plusieurs centaines de kilos en générant un souffle malgré tout acceptable pour les arboristes grimpeurs qui œuvrent en dessous.

Car chaque abattage nécessite au minimum deux personnes au sol. Une pour accrocher les sangles et coordonner la manœuvre avec le pilote, l’autre pour tronçonner quelques secondes avant l’envol. L’opération est loin d’être aisée. Les spécialistes doivent à la fois évaluer le nombre de voyages nécessaires et déterminer les points de portage en tenant compte du porte-à-faux au moment de la coupe.

Mardi, un chêne en amont du Pont-Rouge a donné du fil à retordre aux arboristes grimpeurs. «Le bois de chêne est particulièrement dense, un mètre cube pèse environ une tonne», précise Michel Jaggy, technicien forestier à l’Etat de Genève. L’arbre à abattre mesure entre 25 et 30 mètres de haut, c’est trop pour l’aéronef. Difficulté supplémentaire: ses branches se sont emmêlées avec un arbuste voisin. Au sol, les ouvriers n’ont que quelques minutes pour trouver une solution, le temps que l’hélicoptère fasse le plein de carburant. Le jeune végétal sera finalement sacrifié et le chêne coupé en deux. Chaque voyage étant facturé 420 francs, l’héliportage de ce seul spécimen coûtera près de 1000 francs au Canton.

Si la méthode est onéreuse, elle a ses avantages. «Elle permet d’accéder à des lieux confinés et minimise les impacts sur le milieu forestier environnant, explique Roger Beer, chef du secteur forêts et arbres isolés à l’Etat. On évite ainsi de détruire la végétation spontanée des sols.»

Ce n’est pas la première fois que le Canton a recours à l’héliportage lors d’abattage d’arbres. Ces trois dernières années, des travaux similaires ont été conduits plus en amont au bord de l’Aire. L’année prochaine, l’Etat compte s’attaquer aux rives de la Drize.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.