Passer au contenu principal

Carouge est la commune la plus solidaire de Suisse

Selon le classement établi par Solidar Suisse, la cité genevoise arrive en tête, devant Genève et Lausanne ex-aequo.

Le classement a été établi sur la base de l'engagement financier pour la coopération au développement (50 points) et les achats équitables (50 points).
Le classement a été établi sur la base de l'engagement financier pour la coopération au développement (50 points) et les achats équitables (50 points).
Keystone

Carouge (GE) est la commune la plus solidaire de Suisse. Cette ville arrive en première place de la liste établie pour la quatrième fois par Solidar Suisse. Au total, seize collectivités, dont onze romandes, obtiennent l'évaluation la plus élevée.

En tête lors du précédent classement en 2016, Genève est dépassée cette année par sa voisine Carouge et partage le deuxième rang avec Lausanne. Côté romand encore, les communes Meyrin (GE) , Onex (GE) et Plan-les-Ouates (GE) et Montreux (VD) ont rejoint Nyon (VD), Vevey (VD) et Yverdon-les-Bains (VD), mais aussi Moutier (BE), qui y figuraient déjà.

Communes romandes bonnes élèves

Cette situation confirme que «les communes romandes sont particulièrement solidaires», a estimé dimanche l'oeuvre d'entraide. Berne, Ittigen (BE), Zurich, Küsnacht (ZH) et Riehen (BS) complètent ce tableau des collectivités les plus engagées.

En 2016, seules 12 communes figuraient à ce rang. Parmi les 87 communes décortiquées, dont 23 romandes et 13 qui participaient pour la première fois, aucune ne repart sans aucun point dans cette évaluation, se félicite Solidar.

Au total, quatre collectivités ont clairement amélioré leur résultat et 28 de manière moins importante. En revanche, l'organisation déplore que plus d'un tiers des villes alémaniques n'aient presque rien, voire rien fait sur cette question en trois ans.

Achats équitables

Ces données étaient à nouveau établies en se basant sur l'engagement financier pour la coopération au développement (50 points) et les achats équitables (50 points). Les villes suisses dépensent environ 16 milliards de francs par an en biens et prestations. Leur poids sur le marché est «significatif», ajoute l'oeuvre d'entraide.

La prochaine évaluation aura lieu dans trois ans. La directrice Barbara Burri souhaite que la nouvelle loi sur les marchés publics, qui doit entrer en vigueur en janvier prochain, améliore la situation.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.