Vidéo: Bucherer retrouve son éclat

TRIBUNE DES ARTSAprès trois ans de travaux, la boutique s’étend désormais sur cinq étages et 700 m2 dans ce bâtiment classé.

Photo: Luca Delachaux/Bucherer Vidéo: A. Dejardin-Verkinder, S. Contocollias, J.-D. Sallin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On a bien cru qu’ils ne se termineraient jamais... Cela faisait trois ans que le bâtiment, situé au no 45 de la rue du Rhône, se cachait derrière des panneaux de chantier. La boutique Bucherer continuait certes de servir ses clients, mais ces travaux s’apparentaient à un (très) long chemin de croix. C’était oublier que cet édifice est un monument classé et que sa rénovation devait répondre à un cahier des charges sévère. Impossible de dénaturer l’histoire! Mais, après avoir été souvent repoussée, l’inauguration de la boutique vient juste d’avoir lieu. L’occasion de (re)découvrir les secrets de ce «navire immobile», amarré à la place du Port, que plus personne ne regardait vraiment...

L’HISTOIRE Ce bâtiment fait partie du paysage genevois depuis la première partie du XIXe siècle: il a été construit entre 1832 et 1835 par l’architecte Adolphe Reverdin pour les frères Brolliet, David-Henry et Marc-François. À l’époque de la Restauration, alors que l’économie genevoise retrouve une certaine prospérité, la cité s’offre un nouveau visage et les façades des bâtiments adoptent un style résolument néoclassique. Avec son rez-de-chaussée rythmé par des arcs, ses colonnes ioniques entre le premier et deuxième étage, ses colonnes corinthiennes embrassant le troisième et quatrième étages, et son fronton faîtier, cet édifice est l’un des derniers témoins de la Restauration dans le quartier des quais.

Au fil de ses salons, la boutique offre une vue splendide sur la Rade, l'Horloge fleurie ou le Jet d'eau.

LA BOUTIQUE Bucherer installe ses premières vitrines, dédiées aux montres, en 1968 dans les locaux de Philippe Beguin, alors concessionnaire Rolex, au rez-de-chaussée du quai du Général Guisan. Il reprend ensuite le premier étage, occupé par un antiquaire, en 1973, avant de reprendre le restaurant voisin L’Aïoli en 1980. C’est seulement en 1997 que la maison lucernoise devient propriétaire de l’immeuble. Il y a trois ans, et pour un investissement de plusieurs dizaines de millions de francs, Bucherer entreprit de redonner son lustre à cet édifice. Désormais, la boutique s’étend sur cinq étages et plus de 700 m2. Le rez-de-chaussée s’ouvre sur un espace dédié à Rolex. Une vingtaine de marques horlogères, iconiques forcément, se partage ensuite le premier étage. Il faut monter au deuxième pour trouver la joaillerie, ainsi qu’un vaste choix d’alliances ou de bagues de fiançailles. Bucherer a choisi de consacrer un étage entier, le troisième, à ses ateliers d’horlogerie et de joaillerie, et à son service après-vente. Et sous les toits? Mystère! On chuchote que la maison lucernoise a prévu un espace pour y organiser des événements. À vérifier! En tout cas, par sa situation idéale, la boutique offre, au fil de ses salons, une vue splendide sur la rade, l’Horloge Fleurie, le Jet d’eau et la place du Port. De quoi enchanter touristes et... Genevois! (TDG)

Créé: 07.12.2018, 12h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...