Le bras de fer entre Uber et Mauro Poggia continue

GenèveLe conseiller d'Etat genevois, qui a hérité de l'épineux dossier après que Pierre Maudet en eut été déchargé, répond à Uber qui menaçait de quitter Genève vendredi dans «20 Minutes».

Le ministre genevois Mauro Poggia.

Le ministre genevois Mauro Poggia. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, le conflit qui oppose la société Uber au chef du Département de l'emploi Mauro Poggia s'envenime via messages interposés. Sur le fond, rien ne bouge: l'Etat veut que la plate-forme américaine se conforme à la loi alors qu'Uber tient à son statut de diffuseur de courses utilisant des chauffeurs indépendants.

Au début de la semaine, Mauro Poggia publiait une vidéo sur Facebook en réaction à une pétition des chauffeurs qui lui demandaient de maintenir leur indépendance.

Dans cette vidéo révélée par la RTS, Mauro Poggia rappelait sa position: les travailleurs d'Uber pourront continuer leur activité «dans le respect des règles qui les protègent».

Vendredi, «20 minutes» rendait public le contenu d'un message de Steve Salom, manager général d'Uber pour la Suisse, envoyé aux chauffeurs qui opèrent à Genève. Dans cette déclaration qu'a pu écouter Keystone-ATS, Steve Salom explique qu'Uber fera valoir son point de vue devant les tribunaux, mais que la société pourrait stopper ses activités le temps que la justice ne tranche.

Cité samedi par «20 minutes», Mauro Poggia ne partage pas cet avis. Il déclare que «compte tenu des possibilités de recours en justice et d'octroi d'un effet suspensif, ce n'est pas demain qu'Uber va mettre la clé sous la porte».

En février dernier, l'élu MCG reprenait l'épineux dossier des taxis qui était auparavant géré par Pierre Maudet. Il avait alors clairement sifflé «la fin de la récréation» pour les opérateurs comme Uber. Les diffuseurs de course doivent respecter les dispositions relatives à la protection sociale des travailleurs et aux conditions de travail, déclarait-il. (ats/nxp)

Créé: 27.07.2019, 16h58

Articles en relation

Uber: les taxis suisses et européens ripostent

Transports Quelque 165 centrales suisses et européennes pourraient être réunies dans l'application Taxi Europa. But: contrer Uber. Plus...

«Poggia ferait mieux de mettre de l’ordre dans ses propres services»

Uber Le député Vincent Maitre critique les propos du conseiller d’État. Mais le syndicat Unia applaudit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...