Passer au contenu principal

Affaire des tableauxBouvier sur Rybolovlev: «C'est la guerre»

Le président de l'AS Monaco Dmitri Rybolovlev estime avoir été floué par le marchand d'art genevois, qui s'exprime jeudi.

Dmitri Rybolovlev (à g.) a porté plainte pour escroquerie en janvier 2015 contre Yves Bouvier.
Dmitri Rybolovlev (à g.) a porté plainte pour escroquerie en janvier 2015 contre Yves Bouvier.
AFP

Le marchand d'art suisse Yves Bouvier, engagé dans un bras de fer judiciaire avec le propriétaire russe de l'AS Monaco Dmitri Rybolovlev, assure que ses avocats et lui ont «fait l'objet de tentatives de hacking» (piratage informatique) dans une interview à Paris-Match jeudi.

«Parfois nous avons eu l'impression d'être suivis», s'inquiète aussi Yves Bouvier dans l'hebdomadaire, ajoutant: «Certaines de mes relations ont été approchées pour livrer des informations contre de l'argent». «C'est une guerre, et tel qu'on le connaît, toutes les armes sont permises», ajoute-t-il à propos du conflit qui l'oppose au milliardaire russe.

Dmitri Rybolovlev estime avoir été floué par le marchand d'art et transitaire suisse, à qui il reproche de l'avoir lésé d'un milliard d'euros en s'octroyant des marges exorbitantes sur les tableaux qu'il lui procurait. Il a porté plainte pour escroquerie en janvier 2015 contre Yves Bouvier, qui a contre-attaqué en portant à son tour plainte pour «corruption» contre Dmitri Rybolovlev, accusé d'avoir utilisé ses relations avec des policiers et magistrats monégasques.

Dans Paris-Match, Yves Bouvier assure: «A ma connaissance, aucun vendeur au monde n'est obligé d'afficher sa marge». Évoquant le tableau «Salvator Mundi», de Leonard de Vinci, vendu il y a quelques semaines par Christie's à New York pour 450 millions de dollars, il estime avoir fait faire une affaire au milliardaire russe, à qui il l'avait vendu pour 127,5 millions: «Ce tableau avait été proposé à Rybolovlev pour 190 millions de dollars, je lui en ai fait économiser 63!».

Yves Bouvier chiffre son préjudice dans cette affaire à «plus de 1 milliard à ce jour». «Cette affaire a nui à ma réputation. J'ai perdu mes soutiens bancaires. Mon chiffre d'affaires annuel de 500 millions de dollars a été ramené à 5», assure-t-il.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.