Passer au contenu principal

GenèveBlanchi, Simon Brandt contre-attaque

Le conseiller municipal et candidat malheureux à la mairie de la Ville de Genève est lavé de tout soupçon par la justice.

Simon Brandt.
Simon Brandt.
archive/photo d'illustration, Keystone

Le conseiller municipal et candidat malheureux à la mairie de la Ville de Genève Simon Brandt a déposé une plainte auprès du Ministère public genevois pour induction de la justice en erreur, violation du secret de fonction, dénonciation calomnieuse et plus largement abus de pouvoir.

L'information, révélée mardi par l'hebdomadaire genevois «GHI», a été confirmée par Simon Brandt. L'élu PLR du Conseil municipal de la Ville de Genève n'a toujours pas digéré la façon dont il a été traité par la police en décembre dernier, alors qu'il avait été interpellé pour de potentielles violations de secret de fonction.

«J'ai été traité comme un criminel, menotté, déshabillé, fouillé. Mon avocat a été averti sept heures après mon arrestation, ce qui n'est pas normal», relève M.Brandt. Le conseiller municipal, qui est un proche du conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet, pense qu'en agissant de la sorte on a voulu lui nuire politiquement.

Simon Brandt était notamment soupçonné par la justice genevoise d'avoir profité de son poste de collaborateur du service d'analyse stratégique de la police genevoise pour consulter la main courante de l'institution, alors qu'il n'y a pas accès. L'enquête a démontré rapidement que l'élu n'est jamais aller fouiner dans ce journal.

Arrêté en décembre

Selon Simon Brandt, il y a plus troublant encore. Le candidat au conseil administratif affirme que quelques jours avant son interpellation, des policiers sont allés vérifier le contenu de la main courante. Ils devaient donc savoir que «je n'avais rien à me reprocher». L'élu soutient aussi que la messagerie de son téléphone a été trafiquée.

Simon Brandt avait été arrêté mi-décembre et libéré le jour même. L'ancien député du Grand Conseil genevois avait dès le début contesté toutes les accusations qui étaient portées contre lui. Il a toujours rejeté les soupçons selon lesquels il aurait oeuvré en secret pour Pierre Maudet, qui l'a nommé à la police.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.