Passer au contenu principal

GenèveL'avenir de l'aéroport sur la sellette

Dimanche prochain, les Genevois sont appelés aux urnes pour se prononcer notamment sur le développement de l'aéroport.

L'avenir de l'aéroport de Genève n'est pas le seul objet en votation dimanche prochain.
L'avenir de l'aéroport de Genève n'est pas le seul objet en votation dimanche prochain.
Photo d'archives, Keystone

Un dimanche de votations chargé attend les Genevois dimanche prochain. Huit questions leur sont posées. Ils devront notamment se prononcer sur une initiative qui demande un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève et sur son contre-projet.

Lancée par la CARPE (Coordination régionale pour un aéroport urbain, respectueux de la population et de l'environnement), l'initiative entend permettre à l'Etat de Genève de maîtriser le développement de l'aéroport en tenant compte à la fois des intérêts économiques, de l'environnement et de la qualité de vie de la population riveraine.

Le contrôle se fera notamment par le Grand Conseil, qui recevra régulièrement un rapport de l'aéroport fixant les principaux objectifs à moyen et long termes. Les initiants font remarquer que le nombre de passagers de l'aéroport a doublé en 15 ans et que 25 millions de passagers par année sont envisagés en 2030.

Contre-projet proposé

Les opposants au texte soulignent que l'aéroport est soumis à un cadre légal essentiellement fédéral qui garantit aujourd'hui un contrôle public. Le gouvernement estime, de son côté que l'aéroport doit garder son autonomie et une grande souplesse de gestion pour assurer la bonne marche de ses activités.

Un contre-projet «plus pragmatique» est proposé comme alternative à l'initiative par l'exécutif. Le texte rappelle l'autonomie de l'aéroport et insiste sur l'équilibre à conserver entre la vitalité économique de la plate-forme et les exigences de développement durable et de diminution des nuisances.

Expérimentation animale

Outre l'aéroport, le corps électoral devra aussi se prononcer sur une autre initiative demandant cette fois un meilleur contrôle de l'expérimentation animale. Le texte veut accorder plus de pouvoir aux associations de protection des animaux dans les procédures d'autorisation.

Les initiants estiment que Genève recourt de façon croissante à l'expérimentation animale, parfois sans rapport avec le développement d'un nouveau médicament. Opposés au projet, le gouvernement et l'Université de Genève estiment le cadre légal actuel suffisant et craignant pour la recherche médicale à Genève.

Terrains de football

Sur le plan de l'aménagement, les électeurs devront décider du sort d'un important projet au Grand-Saconnex (GE), au lieu-dit du «Pré-du-Stand». La zone agricole doit être transformée pour accueillir des équipements publics, des bureaux et des terrains de football.

Cette infrastructure sportive doit servir au Servette FC. L'équipe grenat et sa relève pourront ainsi quitter Balexert, leur lieu d'entraînement actuel. Sur la place libérée, le canton pourra construire un cycle d'orientation. Le monde du ballon rond, à Genève, soutient ce déménagement.

Encore une initiative

L'initiative «Construisons des logements pour toutes et tous» est aussi au menu des votations. Le texte a pour objectif, en cas de pénurie de logements, de rendre obligatoire le recours à la zone de développement dans le cas de projets de construction de logements. La création de zone ordinaire serait exclue dans ces cas.

Les Genevois devront enfin voter sur une loi constitutionnelle qui vise à limiter drastiquement l'utilisation de produits phytosanitaires et sur un projet d'aménagement dans le quartier du Petit-Saconnex, qui doit permettre la construction, à terme, d'environ 200 logements.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.