Passer au contenu principal

GenèveAung San Suu Kyi appelle à investir en Birmanie

La chef de l’opposition birmane a lancé jeudi un vibrant appel à la communauté internationale à venir investir en Birmanie, dans un discours prononcé devant la Conférence internationale du travail à l’ONU à Genève

Aung San Suu Kyi a été unanimement saluée par les parlementaires lors de l'heure et demie qu'elle a passée sous la Coupole fédérale.
Aung San Suu Kyi a été unanimement saluée par les parlementaires lors de l'heure et demie qu'elle a passée sous la Coupole fédérale.
Reuters
.
.
Reuters
Son père Aung San, qui mena la Birmanie vers l'indépendance en janvier 1947. Il sera assassiné le 19 juillet de la même année par des paramilitaires durant un meeting  politique. (Photo non datée)
Son père Aung San, qui mena la Birmanie vers l'indépendance en janvier 1947. Il sera assassiné le 19 juillet de la même année par des paramilitaires durant un meeting politique. (Photo non datée)
AFP
1 / 42

La frêle présidente de la Ligue nationale pour la démocratie, une écharpe verte autour du cou, fleurs rouge et blanche accrochées aux cheveux, chemise blanche et jupe noire, était apparue souriante ce matin à l'ONU à Genève.

Aung San Suu Kyi a prononcé un discours très attendu devant la Conférence internationale du travail, l'assemblée générale annuelle des Etats-membres de l'OIT.

«S’il vous plaît, encouragez vos gouvernements à nous aider à construire» une société tournée vers le développement et donnant du travail aux jeunes, a déclaré Mme Aung San Suu Kyi, au premier jour d’une tournée historique en Europe, après 22 ans de résidence forcée en Birmanie.

Pas par altruisme

«C’est une demande pressante de ma part », a ajouté la frêle femme politique birmane, accueillie par une ovation à Genève.

Les entreprises étrangères ne viennent pas seulement par « altruisme, je le sais », a-t-elle ajouté, mais je « souhaite que leurs profits soient partagés avec notre population », notamment les jeunes, qui n’ont pas eu la chance d’avoir une éducation, a-t-elle ajouté.

La chef de l’opposition birmane a aussi invité tous les participants à la conférence de l’OIT à se rendre en Birmanie pour se « rendre compte de tout le potentiel » que représente la jeunesse du pays.

Mme Aung San Suu Kyi a également souligné que c’était la première fois depuis 30 ans qu’elle revenait à Genève.

Auparavant, le directeur général du BIT Juan Somavia a salué, dans un vibrant hommage, le long combat pour la démocratie de la «Dame de Rangoun».

Levée des sanctions

En signe de bonne volonté, l'OIT a d'ailleurs levé mercredi, la veille de la venue d'Aung Suu Kyi, les sanctions qui frappaient la Birmanie depuis 1999, à cause du travail forcé.

La chef de l'opposition birmane se rendra ensuite à Berne en train. Elle y rencontrera le chef de la diplomatique helvétique Didier Burckhalter.

Dans la soirée, la leader birmane dînera avec la présidence de la Confédération helvétique, Eveline Widmer-Schlumpf.

Aung San Suu Kyi, qui est accompagnée d'une délégation de 4 personnes, prendra l'avion pour Oslo, deuxième étape de sa tournée européenne, où elle prononcera un discours de remerciements pour son Prix Nobel de la Paix, décerné en 1991, alors qu'elle était en captivité en Birmanie.

(ats/afp)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.