Passer au contenu principal

Attention les vélos! Les Grottes font leur fête aux tricycles

Le premier Tour de France des Grottes s’est déroulé ce samedi sans accroc. Succès pour un événement bien plus ludique que sportif.

Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 18 mars 2017Le Tour de France des Grottes en tricycles.© Steeve Iuncker-Gomez
1 / 28

L’ambiance et le décor ce samedi sur la place des Grottes n’avaient rien à envier à une arrivée d’une étape du Tour de France à Finhaut. Normal! C’est dans le mythique quartier de la rive droite que la fine fleur de l’élite mondiale du tricycle s’était donné rendez-vous pour le premier – et sans doute unique – Tour de France des Grottes de la spécialité.

Devançant une probable homologation de la discipline aux prochains Jeux olympiques, l’association Pré-en-Bulle est la responsable de la chose. Malgré le temps quelque peu maussade, le public a répondu présent et n’a pas ménagé sa peine pour encourager les téméraires (enfants et adultes) lors des trois épreuves inscrites au programme: le sprint, le contre-la-montre et l’étape de montagne.

Parodie très réussie

Les 300 à 400 personnes présentes ont ainsi pu goûter aux commentaires crypto-sportifs des deux «speakers» officiels délirants de la manifestation, les dénommés Johnny et Jean-Mimi (doté d’un accent valaisan à racler le fromage). La parodie des commentaires sportifs habituels était parfaite et très documentée. Interview des vainqueurs, éloge de l’esprit positif régnant dans le royaume du tricycle, avertissement aux spectateurs imprudents, remarques techniques sur les tricycles, tout y a passé.

A relever ce grand moment de direct, lorsqu’un compétiteur a été soupçonné de dopage (il faut dire qu’un collier de seringues ornait son torse). Conduit sous la tente pour donner son urine, l’ignoble en est ressorti avec un flacon empli d’un liquide auquel un peu d’eau a été ajoutée. En goûtant le breuvage, Jean-Mimi a pu identifier un produit dopant.

Le sportif a toutefois refusé d’admettre les faits. «Nous sommes convaincus que vous n’êtes pas impartiaux, a-t-il déclaré dans le micro. Nous allons contester le résultat et demander une contre-expertise.» On s’y serait cru, si ce n’est l’hilarité du public provoquée par la saynète.

La compétition elle-même a valu quelques télescopages, sorties de route et autres accidents de parcours. Mais sans dégât humain. Au départ organisées essentiellement pour les adultes, les courses ont été passablement squattées par les enfants. A raison, puisque les gamins sont visiblement plus à l’aise sur ces engins que les plus de dix ans.

Futur Musée vélomobile?

Sympathique, la manifestation l’était également par les stands entourant la place. On relèvera la fabrication de barbes à papa grâce à un tour actionné par un vélo ou le carrousel de Péclot 13, bien évidemment constitué de petits vélos garantis 100% récup.

Une association nouvellement créée proposait également, sur une charrette, une petite exposition d’anciens couvercles de sonnettes, de plaques de vélos et d’autres petits accessoires. «Pour l’instant, nous allons au-devant de notre public, mais l’idée d’ouvrir un espace est dans l’air», confiait Giuliano Broggini, fondateur de Péclot 13.

L’Autre Salon s’amuse

L’événement sportif des Grottes fait en réalité partie du programme de l’Autre Salon, une manifestation créée à l’époque en opposition au Salon de l’automobile. On n’en est toutefois plus là, comme l’explique Marcel Mühlestein, coordinateur cette année de la programmation.

«C’est la neuvième année qu’est organisé l’Autre Salon, rappelle-t-il. Au départ très centré sur les cyclistes, il s’est ouvert à toutes les alternatives à la voiture. Aujourd’hui, les événements sont très décalés, humoristiques.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.