Les obsèques de Michel Halpérin auront lieu jeudi à Veyrier

GenèveLe célèbre avocat, qui a présidé le Grand Conseil et les HUG, est mort lundi. Les hommages affluent sur les réseaux sociaux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les obsèques de Michel Halpérin, décédé lundi après-midi , auront lieu jeudi à 11h30 au cimetière israélite de Veyrier. La cérémonie religieuse sera présidée par le grand rabbin Itsaac Dayan et le rabbin Jacob Toledano. «Elle aura un caractère strictement religieux. Il n'y aura pas de prise de parole des autorités politiques», précise Roger Chartiel, ancien président de la communauté israélite de Genève. Selon le règlement sur le protocole du Canton, les drapeaux de l'Hôtel-de-Ville seront mis en berne.

L'homme politique et grand avocat est décédé lundi à l’âge de 65 ans, des suites d’une longue maladie. Député de 1984 à 1989 et de 1993 à 2009 - il a présidé le parlement en 2006 - Michel Halpérin était apprécié pour son franc parler. «Il a été un exemple pour beaucoup d’entre nous, confie ému Christain Lüscher. Il a incontestablement marqué la vie politique genevoise de ces 25 dernières années. On a perdu un fervent défenseur de la liberté individuelle et de la responsabilité individuelle, regrette encore le conseiller national PLR qui perd à la fois un collègue et un ami proche.

Depuis l'annonce du décès, les hommages se multiplient sur les réseaux sociaux. Adversaires et amis du ténor libéral sont unanimes. «C’était un grand humaniste comme on n’en fait plus ; un modèle, se désole l’avocate genevoise Lorella Bertani. «Ses plaidoiries étaient toujours sincères, il avait beaucoup de cœur », témoigne celle qui reconnaît n’avoir pas toujours partagé sa vision politique, mais retrouvé l’homme dans la défense des Droits humains.»

Dans un communiqué de presse publié mardi matin, Alain-Dominique Mauris, président du PLR genevois, écrit: «Le PLR exprime toute sa sympathie à la famille de Michel Halpérin et plus particulièrement à Lionel Halpérin son fils, député et membre du Comité directeur du parti. (...) Humaniste et défenseur des valeurs libérales, de la responsabilité individuelle et serviteur des institutions, s’exprimant avec talent, aisance et conviction, chacun en gardera le meilleur souvenir. Pendant ces 15 dernières années il m’a été donné de travailler tant professionnellement que politiquement avec Michel Halpérin. Ses conseils avisés, sa fidèle et loyale amitié me manqueront; nous manqueront à tous. (...)»

Parmi ses nombreuses activités, Michel Halpérin a notamment présidé le conseil d’administration des Hôpitaux universitaires de Genève entre 2012 et mai dernier. Il a ainsi présidé les HUG pendant la crise qui a suivi le drame de la mort d’Adeline M. Ce matin, les HUG ont fait part de «leur grande tristesse», soulignant que son ancien président du conseil d'administration a «impressionné tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer par son esprit clairvoyant, son extrême délicatesse et l'universalité de sa culture».

Après des études à l'Université de Genève, marquées par un activisme soixante-huitard bon teint, Michel Halpérin est devenu avocat en 1974. En 1976, il est devenu associé de l'étude Ming Halpérin Burger Inaudi qu'il n'a pas quittée. Fervent défenseur du secret bancaire, il a été membre de plusieurs associations professionnelles - Ordre des Avocats, Fédération Suisse des Avocats, Association Suisse de l'Arbitrage, Association Genevoise de droit des affaires -, Michel Halpérin a été élu en 1986 au Conseil de l’Ordre des Avocats où il a siégé jusqu’en 1996. Il en a été le Bâtonnier de 1990 à 1992. Il a aussi siégé au sein de la Fédération des Barreaux d'Europe.

Allure impeccable, verbe incisif

Son allure toujours impeccable son franc parler, son verbe clair et concis, parfois acerbe, laisseront le souvenir d’un personnage subtil et raffiné. Les réactions au barreau, dans les milieux politiques comme dans la communauté israélite de Genève sont unanimes.

«Il n’était jamais dans la force ni dans l’excès, confie son fidèle compagnon du barreau Marc Bonnant. Il ne s’encombrait jamais de jugement de valeur ni d’excès.» L’avocat genevois voit partir un ami de plus de quarante-cinq ans. «On avait fait un pacte un peu insouciant à nos 30 ans, que celui qui survivrait à l’autre ferait le discours à son enterrement. Je remplirai mon engagement.»

Pierre Weiss, qui lutte également depuis de long mois contre le cancer, est bouleversé par la disparition de celui qu'il qualifie de maître.« Nous avons été voisin de chambre à l'hôpital. Il avait l'espoir chevillé au corps, moi aussi. Dès que j'ai appris la triste nouvelle, j'ai tout de suite écrit à son fils Lionel, député au Grand Conseil.» Le député PLR rappelle que Michel Halpérin a été l'instigateur de la commission des droits de l'homme du parlement genevois. «C'était, ajoute-t-il, un vrai Genevois, un vrai libéral, un vrai juif, un vrai humaniste.»

Membre de la Communauté israélite de Genève, «Michel Halpérin a été sa vie durant soucieux de lutter contre tout communautarisme», note Sabine Simkhovitch-Dreyfus, vice-présidente de la Fédération Suisse des Communautés Israélites, et ancienne présidente de la CIG. Michel Halpérin était moins actif au sein de la communauté que son père, mais il présidait néanmoins l'association des Amis Suisse de l'Université Ben-Gourion du Neguev.

Hommages sur les réseaux sociaux

«Grâce à lui, des générations entières d'avocats ont eu un Mentor, un modèle à suivre, écrit sur sa page Facebook le député Vincent Maitre, fils du regretté conseiller d'Etat Jean-Philippe Maitre, également emporté par la maladie. Grâce à lui, la politique genevoise prenait parfois des dimensions supérieures, quasi célestes, poursuit l'avocat. Genève lui doit énormément. Je pleure, avec fierté et reconnaissance, un parrain de promotion exemplaire et exceptionnel.»

«Je suis très triste aujourd’hui: Michel Halpérin s’en est allé.» Michel Balestra sur Facebook rend hommage à celui dont il a partagé les fonctions à la tête du Parti libéral et du conseil d'administration des Hôpitaux universitaires de Genève. «Erudit, philosophe, passionné de littérature ; humaniste, c’était un homme exceptionnel. J’ai eu la chance de siéger au Grand Conseil à côté de lui pendant plusieurs années. Lors des diatribes longues, superficielles, déconnectées de certains de nos opposants, pendant nos discussions privées qui nous aidaient à supporter l’insupportable, j’ai eu la chance d’avoir beaucoup de temps pour mieux le connaître. C’est une grande perte pour sa famille à qui je présente mes sincères condoléances, mais c’est aussi une grande perte pour tous les genevois.»

«Un sphynx»

Sur le site Hommages.ch, Fabienne Bugnon, ancienne députée, laisse ce message: «Quelle tristesse d'apprendre le départ prématuré de Michel Halpérin. Je garde le souvenir d'un redoutable, bienveillant et très respecté adversaire politique, avec qui j'ai eu l'immense chance de débattre de nombreux sujets dont ceux qui nous ont toujours réunis et qui ont trait à la défense des droits humains. Toute ma sincère sympathie à ses proches.

«Dominant le Grand Conseil qu'il présidait, il avait l'air d'un sphinx, la voix basse et chaude, le verbe précis. Ancienne maire de Perly-Certoux et député au Grand Conseil, Christiane Favre rend, elle-aussi, hommage au disparu sur sa page Facebook. Quand il lisait d'interminables projet de loi il parvenait à prendre le rythme du commentateur des courses de Vincennes sans qu'on en perde une seule syllabe. Et il avait de ces petites phrases terribles qui faisait savoir à l'orateur bavard qu'il aurait pu se contenter de trois mots pour exprimer ce qu'il avait péniblement dit en dix phrases. La redoutable perspective d'être sanctionné par l'une de ces petites phrases nous rendait immédiatement meilleurs. Pour tous ceux qui ont eu l'immense privilège de siéger avec Michel Halperin, c'est un bien triste jour.»

Toujours sur Facebook, Renaud Gautier écrit: « Un silence! marqué par la tristesse et le respect; et bercé par les souvenirs et l'Amitié partagée... »

Le maire de Veyrier ajoute par ailleurs que le défunt était «le confrère le plus impressionnant qu'il m'ait été donné de côtoyer, un Bâtonnier hors du commun, un ami du verbe et de la justice. Mais aussi un grand président de parti politique, qui a porté très haut les valeurs libérales».

Hillel Neuer, président d'UN Watch, rend hommage à Michel Halpérin qui fut cofondateur en 1993 de cette association d'observation des Nations Unies proche du Comité juif américain.

(TDG)

Créé: 11.08.2014, 22h30

Dossiers

«Un soixante-huitard libéral»

«Je suis un libertaire. J'ai fait mai 68 et ne le renie pas. Cela a contribué à former mon opinion. Je suis libéral parce que soixante-huitard.» Récupération, se demande Alain Dupraz dans la Tribune de Genève du 9 novembre 2000? Halpérin est capable de vous retourner tous les arguments en faveur de sa thèse, même la plus folle, écrit le journaliste, alors chroniqueur parlementaire, qui poursuit le portrait du Genevois.

Souvent vêtu de bleu, foncé pour le veston, clair pour la chemise. Les cheveux raides, pas toujours bien coiffés. Le regard perçant, qu'une fossette dans la joue droite rend cependant moins sévère. Il joue du sérieux et du charme. Avec, toujours, cette terrible éloquence! Il a évidemment beau jeu de dire «J'étais de cette jeunesse-là!»: il avait 20 ans en 68. Quoi qu'il en soit, il en a gardé «une méfiance insurmontable envers les institutions. Je ne les aime qu'au service des gens». Il a pourtant «des atomes crochus avec une pensée sociale». Mais la gauche contemporaine nourrit une marche vers le pouvoir à ses yeux insupportable: «Elle veut imposer une contrainte étatique de plus en plus grande.»

«Certes, une forme de contrainte étatique est nécessaire, admet-il, il faut bien payer des impôts. Mais il est important de toujours rester au minimum des minima.» Grandi à Champel, il vit à Cologny. C'est avec un bac français qu'il est entré en Droit. «Dans les écoles du canton, plus personne ne me voulait... J'étais un tel cancre!» Il s'est bien rattrapé par la suite.

Pourquoi et comment un homme aussi méfiant des appareils, qui a horreur des étiquettes, des dogmes et des alignements, a-t-il pu entrer dans un parti politique? «Mon métier est une plate-forme ouverte sur la vie des hommes et de la cité.» Il n'est donc pas extraordinaire de voir un avocat entrer en politique. Pour Halpérin, c'est Olivier Vodoz qui fut le porte d'entrée: «Dans les années 80, il m'a convaincu que je pouvais faire un bon libéral.»

Il entre en 1984 au Grand Conseil, se retire quelques années plus tard pour assumer la charge de bâtonnier de l'Ordre des avocats, revient en 1993. Aujourd'hui chef du groupe libéral, il est devenu l'un des poids lourds du parlement cantonal. Ses interventions ne passent jamais inaperçues. Débatteur redoutable, il est capable d'envoyer des flèches acérées à ses adversaires sur à peu près n'importe quel sujet. Lors de la désignation du meilleur député (TG du 7 octobre) il est sorti au second rang du parlement, mais largement en tête des libéraux. Halpérin est un libéral pur sucre. Il désire «une société où il y a de plus en plus de gens forts, responsables et autonomes. Au contraire de la gauche dont la politique tend à asservir les gens, les rendre dépendants.» Père de trois enfants, dont deux marchent déjà sur ses pas d'avocat, il aime aussi aller au théâtre, à l'opéra, lire autre chose que les journaux. Ce qu'il souhaite pour Genève? «Qu'elle ne se laisse pas éblouir par la bonne situation économique actuelle, qu'elle n'oublie pas la récente crise que nous avons traversée!» (Alain Dupraz)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...