Passer au contenu principal

Yves Nidegger sera le troisième homme de l'UDC

Le comité proposera un ticket à trois pour l’élection du Conseil d’Etat et veut lancer en janvier l’initiative «Genève d’abord».

Yves Nidegger prend place sur le ticket proposé par l'UDC en vue de l'élection au Conseil d'Etat.
Yves Nidegger prend place sur le ticket proposé par l'UDC en vue de l'élection au Conseil d'Etat.
Olivier Vogelsang

Si l’assemblée générale de l’UDC qui se tiendra mardi valide les choix du comité directeur, le parti agrarien lancera trois candidats à l’élection du Conseil d’Etat au printemps 2018. Il s’agit des députés Thomas Bläsi et Stéphane Florey (chef de groupe au Grand Conseil) ainsi que du conseiller national Yves Nidegger.

Si les deux premiers étaient pressentis depuis un moment, la volonté de leur adjoindre le conseiller national est plus récente. L’UDC ne fait pas mystère d’avoir fait un choix stratégique lié à son intention de lancer l’initiative populaire «Genève d’abord» en janvier 2018.

Projet de loi devant le Grand Conseil

Yves Nidegger est en effet particulièrement bien placé pour défendre cette initiative – qui promeut la préférence cantonale – puisqu’il est l’auteur du texte genevois. Il a également participé à la rédaction de la loi tessinoise d’application de l’article constitutionnel «Prima i nostri», lui-même issu d’une votation populaire.

L’UDC genevoise évoque depuis un certain temps son désir de lancer cette initiative. Elle préfère toutefois attendre de voir quel sort réservera le Grand Conseil au projet de loi de la même teneur que le parti a déposé il y a un an. Il semble toutefois peu probable qu’une majorité du parlement soutienne cette proposition.

Coup de pouce du Conseil fédéral

Peu importe à l’UDC, qui se sent pousser des ailes grâce au feu vert indirect donné par le Conseil fédéral. «En recommandant, le 16 août, aux Chambres fédérales d’accorder la garantie fédérale à l’article constitutionnel de l’UDC tessinoise «Prima i nostri», le Conseil fédéral a coulé l’argumentation péremptoire de ceux qui qualifiaient, à tort, ce texte d’inapplicable», commente le parti dans un communiqué.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.