Passer au contenu principal

Le yoseikan budo, cet art martial méconnu

Son fondateur est venu l’enseigner à Genève, où il se pratique depuis cinquante ans. Il mêle l’escrime japonaise, la boxe et la lutte.

Le yoseikan budo se pratique depuis cinquante ans à Genève.

Un art martial atypique est enseigné dans les sous-sols de l’Ecole Liotard, à la Servette. Le yoseikan budo est un sport inclassable qui mêle escrime japonaise, boxe française et lutte. «On doit être capable de se défendre contre un boxeur ou un judoka», résume Alexandre Herrou, qui dirige l’entraînement ce soir-là. La posture de combat, dos courbé et poings rapprochés, est proche de celle du boxeur. Dans les années 50, le fondateur du yoseikan budo en personne, Hiroo Mochizuki, est venu enseigner les arts martiaux dans ce même dojo (salle d’entraînement). Mais ce n’est qu’en 1975 qu’il a créé officiellement cette discipline.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.