Faire du yoga à Manigod, raquettes à neige aux pieds

Week-end en baladeLa randonnée permet d’alterner marche sportive et détente au cœur de la forêt de la Tête de Cabeau

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alors que la neige a enfin fait son apparition, il est temps de filer en altitude. Direction la station de ski de Manigod, en Haute-Savoie, pour une balade des plus originales: une excursion de raquettes et yoga! Le rendez-vous est donné à 13 h 15 devant l’Ecole française de ski du col de Merdassier, située à une heure et quinze minutes de Genève. Sur place, Cathy Cohendet et Cathy Gay-Perret nous attendent, le coffre de leur voiture rempli de raquettes. La première est accompagnatrice de montagne. La seconde enseigne le yoga. Aujourd’hui, dix personnes sont inscrites pour cette sortie qui promet d’alterner marche sportive et détente.

La première étape consiste à trouver une paire de raquettes adaptées à chaque pied. La tâche n’est pas si simple, mais heureusement les guides ont l’habitude. Il est donc temps de se mettre en marche en direction de la forêt de la Tête de Cabeau. Les conditions sont idéales, le soleil brille, la température est clémente et le massif des Aravis s’étale devant nous. La quantité impressionnante de neige tombée ces derniers jours rend chaque pas difficile.

Dix minutes pour tout oublier

Après dix minutes de marche, le groupe fait une halte à l’orée de la forêt. Il est temps de prendre la première pause de yoga. Les participants se positionnent en rond après s’être fait un petit cocon dans la neige «Je vous conseille de bien damer avec vos raquettes afin d’être stables, glisse la professeure de yoga avant d’entamer la session. Fermez les yeux, respirez profondément par le nez et prenez conscience de la nature qui vous entoure, sentez les odeurs des sapins, écoutez les oiseaux. Encrez-vous dans le sol.»

Au loin, on entend le bruit des remontées mécaniques. Un murmure rapidement oublié dès les premiers étirements. La pratique dure une dizaine de minutes. C’est suffisant pour nous faire oublier le monde extérieur et entrer dans une quiétude ressourçante. La reprise de la marche se fait dans le silence. On pénètre au cœur de la forêt. Ici, les branches des arbres croulent sous la neige. Peu à peu, les randonneurs recommencent à parler et se battent pour se positionner à l’arrière du groupe, tant l’effort pour tracer le chemin est intense à l’avant de la file.

Aigles royaux et écureuils

Des informations sur la faune et la flore rythment la procession. On apprend ainsi à reconnaître le passage d’un écureuil ou à repérer des traces d’animaux. Sans oublier de lever les yeux au ciel lorsqu’une clairière apparaît, dans l’espoir d’apercevoir un des deux aigles royaux qui vivent près de la pointe du Mont-Charvin. La balade nous mène jusqu’au lac artificiel de Cabeau, créé afin de servir de réservoir pour fabriquer de la neige artificielle.

Puis c’est le moment de passer à une nouvelle séance de yoga. «Concentrez-vous sur votre nombril, sur la chaleur qui se dégage, ressentez l’espace qu’il y a autour de vous.» Ces consignes, soufflées par Cathy Gay-Perret, plongent à nouveau les marcheurs dans une relaxation profonde avant d’entamer de nouvelles postures. Celle du triangle ou du héros par exemple. Le tout en évitant de toucher un sapin enneigé qui pourrait subitement perdre sa toison blanche sur nos têtes.

Après deux heures et trente minutes de marche, rythmée par quatre pauses yoga, le petit groupe arrive devant un vieux chalet de bois isolé au beau milieu d’une clairière. C’est sous son avant-toit que le goûter est servi. Au menu: pain d’épices, cake sans gluten, thé aux épices. Le tout bio et réalisé par les deux accompagnatrices. C’est alors le moment de retourner à la civilisation, au grand dam des participants, qui semblent avoir pris goût à cette demi-journée hors du temps et de la civilisation. (TDG)

Créé: 06.02.2015, 18h33

Avant de partir, quelques petits plus pour améliorer votre balade

Comment y aller
Prendre l’autoroute A41 à la douane de Bardonnex en direction d’Annecy. Sortir à Annecy Nord puis suivre la direction Thônes/Stations des Aravis. Suivre ensuite Manigod puis col de la Croix-Fry et enfin Merdassier. De Genève, il faut compter environ 1 h 15.

Un peu d’histoire
La petite station de Merdassier fait partie du domaine skiable de Manigod/La Clusaz. Il s’agit d’une station de deuxième génération créée de toutes pièces sur une zone d’alpage dans les années 70. Le nom Merdassier vient du fait que les lieux se situent dans la merdasse, soit des pâturages gras. En été, il y a de grands marécages. Des plantes carnivores peuvent être observées.

Sorties raquettes et yoga
La sortie est organisée tous les mardis après-midi. Rendez-vous à 13 h 15 devant l’Ecole de ski française de Merdassier. Inscriptions et renseignements à l’ESF de Merdassier au 00 33 450 02 54 29.

Pour les plus courageux
Manigod, c’est le pays du paret.
Il s’agit d’une petite luge en bois, avec un seul patin, équipée d’une planchette permettant de s’asseoir et d’un manche servant à la diriger. Chaque semaine, l’Office de tourisme de Manigod propose le mercredi après-midi en après-ski des initiations sur la piste du Blanchot au col de Merdassier, avec prêt d’une cinquantaine de parets.

Pour se restaurer
- Le restaurant Les Sapins au col de la Croix-Fry, 6762, route du col de la Croix-Fry. Tel. 0033 450 44 90 29.
- Le Happy Chalet, route du col de Merdassier. Tél. 00 33 4 50 02 46 02.
- Les plus aisés peuvent se rendre à La Maison des Bois, le restaurant cinq étoiles de Marc Veyrat, au col de la Croix-Fry.
Tél. 00 33 4 50 60 00 00.
Site internet: www.marcveyrat.fr

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.